Connectez-vous S'inscrire






Société

RAMF 2018 : l’affaire Tariq Ramadan plane sur Le Bourget, Amar Lasfar s’exprime

Rédigé par | Vendredi 30 Mars 2018

Le 35e Rassemblement annuel des musulmans de France (RAMF) est organisée dans un contexte marqué, pour une partie du public musulman, par l’affaire Tariq Ramadan. Le président de Musulmans de France Amar Lasfar revient sur cette épineuse affaire auprès de Saphirnews.



RAMF 2018 : l’affaire Tariq Ramadan plane sur Le Bourget, Amar Lasfar s’exprime
Cette année, Musulmans de France (MF) – l’ex-Union des organisations islamiques de France (UOIF) – a choisi de déroger à une habitude instaurée ces dernières années : il n’y a pas eu de dîner de presse en amont de la 35e édition du Rassemblement annuel des musulmans de France (RAMF). « C’est contre-productif », assène le président Amar Lasfar lors d’un entretien accordé à Saphirnews.

Lire aussi : RAMF 2018 : l'apaisement prôné à la lumière du Coran depuis le Bourget

« Je ne dis pas aux journalistes de dire du bien de moi, mais de relayer ce que j’ai dit et non pas ce qu’ils veulent entendre… Je respecte la liberté de la presse mais cela n’a plus à me coûter un dîner et une soirée », confie-t-il. C’est aussi l’affaire Tariq Ramadan qui a, en partie, achevé la volonté de la présidence de MF de ne pas organiser une rencontre avec les journalistes avant la RAMF. Pour autant, « nous n’allons pas faire comme si de rien n’était. Nous allons en parler et réaffirmer la position de MF sur cette affaire », affirme-il.

Il est certain que l’intellectuel suisse n’attirera pas les foules pour cette édition ; il est incarcéré depuis février à Fresnes après sa mise en examen pour viols. Mais l’affaire devrait occuper bien des discussions entre badauds et militants lors du Salon du Bourget. Le comité de soutien de Tariq Ramadan a par ailleurs fait savoir cette semaine qu’il sera présent.



« On ne s’est jamais dérobé » sur l’affaire Tariq Ramadan, indique Amar Lasfar, rappelant qu’il est « le seul responsable musulman à avoir pris la parole sur ce sujet à la télévision », en référence à l’interview octroyée à Jean-Pierre Elkabbach sur CNews.

Cette prise de parole n’avait alors pas manqué d’être critiqué par une partie des membres et des sympathisants de MF, estimant qu’Amar Lasfar n’a pas pris suffisamment la défense de Tariq Ramadan. « Toute déclaration n’a jamais fait l’unanimité », rappelle le président de MF à qui veut bien l'entendre, soulignant la nécessité de « rassurer la société » sur le fait « que nous n’avons rien caché, que nous ne sommes pas des salopards ». « Nous avons répondu dans le sens de la responsabilité qui est la nôtre. Nous sommes les défenseurs d’une présomption d’innocence pour Tariq Ramadan mais (…) nous laissons la justice faire son travail, nous lui faisons intégralement confiance. Nous devons aussi écouter les victimes (…) et ne pas croire au complot. Nous sommes les seuls à avoir communiqué aussi clairement de cette façon parmi les grandes organisations musulmanes. »

Quant à l’impact de la non-présence de l’intellectuel sur la RAMF 2018, il ne s’en inquiète pas : Tariq Ramadan – partisan de l’abstention active lors des élections présidentielles 2017 quand MF appelait à voter – n’était pas présent en 2017. « Les conditions sont certes difficiles mais ce n’est pas le chaos. Nous sommes passés par des moments autrement plus difficiles », martèle Amar Lasfar, citant notamment les années de la première guerre du Golfe (1990-1991). « La RAMF a 35 ans et elle n’est pas à la merci d’une affaire privée. Ce n’est pas le procès de l’islam de France ou de la communauté musulmane qu’il faut faire mais celui d’un homme. »

Mise à jour samedi 31 mars : « Même s'il est condamné, la pensée de Tariq Ramadan est intacte », a déclaré Amar Lasfar auprès des journalistes lors de la 35eRAMF, priant pour « qu'il soit libéré » avant le procès puis « qu'il soit blanchi » des accusations de viols. Il a dans le même temps appelé « toute musulmane victime d'une agression à dénoncer leurs bourreaux ».

Lire aussi :
Harcèlement psychologique des femmes musulmanes : brisons l'omerta !
Tariq, #MeToo et nous
Ni ange ni démon : juste un être humain
Viols et harcèlements : des Weinstein dans les communautés musulmanes ?


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur