Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Gaza : une nouvelle manif parisienne interdite

Rédigé par La Rédaction | Samedi 26 Juillet 2014



Gaza : une nouvelle manif parisienne interdite
Le couperet est tombé. La préfecture de police a interdit, vendredi 25 juillet, la manifestation pro-palestinienne prévue à Paris le lendemain samedi. Les organisateurs du rassemblement ont immédiatement saisi la justice pour contester cette interdiction, la deuxième qu’ils reçoivent après l’interdiction de la manifestation du 20 juillet dans la capitale.

« J'introduis un mémoire en référé-liberté auprès du tribunal administratif de Paris », a fait savoir Me Hosni Maati, l'avocat des associations pro-palestiniennes et du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), organisateurs de la manifestation. « On épuisera tous les recours juridiques », y compris le Conseil d'Etat, a commenté Omar Alsoumi, membre du Mouvement des Jeunes Palestiniens.

Mise à jour samedi 26 juillet : La justice a confirmé l'interdiction, rejetant le recours des organisateurs. Le Conseil d'Etat a été saisi par les organisateurs mais a confirmé l'interdiction à l'issue d'une audience en fin de matinée du samedi. Plusieurs forces politiques de gauche, tout en condamnant la décision judiciaire, ont appelé leurs militants à ne pas participé à la manifestation. Le groupe PS à l'Assemblée nationale a en revanche soutenu l'interdiction, arguant que les organisateurs « ont montré de trop coupables indulgences pour les violences et les actes antijuifs ».

Pour Omar Alsoumi, cette interdiction est extrêmement grave. « Le gouvernement est en train d'interdire un droit fondamental », « il crée une division entre des citoyens qui seraient légitimes à s'exprimer et d'autres non », a-t-il fustigé. Stupéfait par cette décision, Alain Pojolat, du NPA, fait savoir que les organisateurs « devaient négocier aujourd'hui un parcours de manifestation ». « Les arguments, c'est qu'il y aurait beaucoup de monde et qu'on serait incapables d'encadrer la manif » or « on aurait pu avoir 200 personnes pour le service d'ordre », a-t-il déclaré.

La justice avait confirmé l’interdiction de la manifestation de dimanche dernier. Si ce scénario se répète, les organisateurs devraient maintenir leur mobilisation pour Gaza, comme ce fut le cas pour le précédent rassemblement interdit qui dégénéra suite à cette décision jugée injustifiée. « En attendant ces recours, bien entendu, la préparation de la manifestation est maintenue », a-t-on fait savoir.

Mercredi 23 juillet, une autre manifestation, cette fois autorisée, a rassemblé dans le calme entre 15 000 et 25 000 personnes dans les rues de Paris.

En direct de Gaza. Suivez les principaux événements et réactions du jour

Lire aussi :
Manif pour Gaza : 25 000 personnes dans les rues de Paris
Manif pour Gaza : les appels à mobilisation renforcés en France
Sarcelles : la manif pour Gaza dégénère, ce qu'il s'est passé
Manif pour Gaza interdite : l'appel à la désobéissance civile entendu par milliers
Sarcelles : la manif pour Gaza dégénère, ce qu'il s'est passé
Manif pour Gaza interdite : « une décision politique » contestée en justice
Manif pour Gaza : le CRIF à l’Elysée, un soutien redoublé
Manif pour Gaza : la LDJ peut-elle tout dire et la presse, tout croire ?
De Paris à Gaza, Israël conspué par des milliers de manifestants