Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 

 

Politique

Séparatisme : Gérald Darmanin précise le calendrier d’un texte qu'il ne veut « pas dirigé contre les musulmans »

Rédigé par | Dimanche 20 Septembre 2020 à 13:30

           

Au cours d'une rencontre organisée vendredi 18 septembre à la Grande Mosquée de Paris, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé un calendrier précis pour le projet de loi contre le séparatisme. Il a assuré les responsables des cultes, et en particulier les musulmans, qu'il fera l'objet d'une intense concertation avant son adoption définitive qui devrait s'opérer d'ici à la fin de l'année 2021.



© Grande Mosquée de Paris
© Grande Mosquée de Paris
A l’occasion d’une rencontre organisée vendredi 18 septembre à la Grande Mosquée de Paris, Gérald Darmanin a livré davantage de détails sur le projet de loi contre le séparatisme, source de nombreuses inquiétudes des musulmans de France.

« Si nous sommes attentifs à ce sujet et si nous soutenons toute action qui vise à consolider le cadre républicain, je suis convaincu que toute action concrète et efficace doit, dans le respect des règles de la laïcité, s’accomplir dans un esprit de concertation avec les représentants légitimes des musulmans, ceux qui défendent un islam d’ouverture et une citoyenneté républicaine », a déclaré au préalable Chems-Eddine Hafiz.

Aux côtés du recteur, et dans le cadre d’un échange vivant avec des imams, des cadres religieux et des délégués régionaux de la Grande Mosquée de Paris, le ministre de l’Intérieur a ainsi assuré qu’à ce stade, « rien n’est écrit » et que le texte fera l’objet d’une grande concertation avec tous les représentants des cultes. Celle-ci débutera fin septembre et s’étalera sur « trois mois ».

Un calendrier précis annoncé

« C'est un sujet extrêmement périlleux et important mais, en même temps, nécessaire pour le pays. (…) De longues discussions sont donc nécessaires pour pouvoir élaborer ce projet de loi », a-t-il déclaré. A ce titre, plusieurs réunions de travail sont prévues avec tous les cultes mais aussi « avec toutes les tendances qui recouvrent l'islam français ».

Le texte sera présenté « fin novembre, et pas avant », au Conseil d'Etat, qui se chargera de « regarder la faisabilité juridique de nos propositions ». Il sera ensuite présenté « en décembre au Conseil des ministres » avant son inscription à l’ordre du jour « en février à l’Assemblée nationale puis au Sénat », promettant au passage qu'aucune procédure d’urgence ne sera engagée par l’exécutif.

L’adoption définitive du texte pourrait intervenir « à la fin de l'année prochaine (en 2021), peut-être avant si le Parlement le souhaite puisque nous ne maîtrisons pas seuls l'ordre du jour », a déclaré Gérald Darmanin.

Ce calendrier précis est annoncé à l'heure où le chef de l'État a renoncé à s'exprimer sur le séparatisme lors de la semaine du 21 septembre. Selon BFM TV, il a choisi de reporter son discours prévu à Lunel, dans l'Hérault, pour se concentrer sur la gestion de l'épidémie de Covid-19.*

Rssurer les musulmans, un délicat exercice

L'heure est aussi, pour Gérald Darmanin, de tenter de rassurer ses concitoyens musulmans. « Le projet de loi n'est pas du tout dirigé contre une religion », a appuyé le ministre, estimant que, au regard de l’histoire, « l'islam est la religion qui a le moins de difficultés à travailler avec la République » par rapport aux autre cultes en raison de sa plus grande « capacité de discussions et de reconnaissance ».

« Ce qui m'intéresse, c'est de savoir comment on peut combattre les dérives sectaires de chacune des religions et l'islam est concerné. Il y a une dérive sectaire de l'islam et vous êtes les premiers sans doute à vouloir la combattre et même à la subir puisque la première cible des islamistes sont les musulmans », a-t-il affirmé.

© Grande Mosquée de Paris
© Grande Mosquée de Paris
Condamnant avec fermeté les actes antimusulmans, Gérald Darmanin a encouragé les musulmans à porter plainte dès lors qu’ils sont victimes d’actes répréhensibles et a émis le souhait de voir les lieux de culte être mieux accompagnés « dans la vidéoprotection pour que nous puissions mieux interpeller et protéger » les fidèles.

Le ministre a aussi révélé que, depuis son arrivée Place Beauvau en juillet, ses services ont déjoué deux projets terroristes contre des lieux de culte musulmans et que leurs auteurs sont « aujourd'hui emprisonnés ». « Je peux vous dire qu'ils (les services de renseignements et de police) ne distinguent pas les religions que la République doit protéger », a-t-il fait savoir.

L'augmentation des actes et des discours islamophobes préoccupe vivement les musulmans de France. Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a ainsi plaidé cette semaine devant le Premier ministre, Jean Castex, pour la création d’une commission d’enquête parlementaire sur « le radicalisme qui s’attaque aux citoyens de confession musulmane et à leurs institutions ».

*Mise à jour : Après avoir été repoussé, le discours d'Emmanuel Macron sur le sujet est annoncé pour le vendredi 2 octobre.

Lire aussi :
Séparatisme : les contours du projet de loi dévoilés par Gérald Darmanin et Marlène Schiappa
Marlène Schiappa dresse les contours de son ministère dédié à la Citoyenneté
Gérald Darmanin à l'Intérieur avec une vision de l'islam de France et de la laïcité bien ancrée à droite
Séparatisme : à quand une lutte sincère contre ce qui pousse au repli ?


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur