Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 

 


Points de vue

Pour la fête du Printemps, la culture ouïghoure comme arme de résistance face à la Chine

Rédigé par Gianguglielmo Lozato | Jeudi 24 Mars 2022 à 14:30

           


Samedi 19 mars s’est tenue une célébration de la fête du Printemps dans le 11e arrondissement de Paris. Un événement organisé de main de maître par l’Institut ouighour d’Europe.

Synonyme de nouvelle année dans le calendrier persan, Norouz fait aussi partie des trois principales fêtes célébrées par le peuple ouïghour pour fêter la fin de l’hiver, l’arrivée des beaux jours et le renouvellement de la vie. Une telle initiative demeure donc à saluer puisque les organisations ouïghoures présentes en région parisienne ont choisi la culture comme arme de résistance face à la Chine.

La présidente de l’Institut ouighour d’Europe, Dilnur Reyhan, a été sur tous les fronts de l’organisation, ce qui est tout à son honneur étant donné un état de santé très impacté par le stress qui, on peut le deviner, est dû à l’omniprésence dans les esprits ouighours de la tragédie en cours sur leur terre d’origine.

© GG. Lozato
© GG. Lozato
La journée a commencé par un repas déclinant plusieurs spécialités ouïghoures aux environs de 12h30, parmi lesquelles de délicieux raviolis destinés à nous faire patienter en vue du programme mêlant interventions et spectacles. L’occasion de (re)découvrir des éléments emblématiques de la culture ouïghoure comme le ridjek, un instrument à cordes traditionnel joué par l’artiste Abbas, convié à chanter les titres « Notre Caravane » et « Fleur de notre vie ».

Le temps de savourer les prestations musicales des enfants puis celle de la chanteuse Ferouza, arrivée de Suisse, s’ensuivra les déclarations de Dilnur Reyhan affirmant « ne pas (vouloir) prendre de temps pour un discours » car le principal objectif de l’évènement était de susciter l’interactivité avec le public et de préserver le devoir de conscience. Elle a tout de même plaidé pour « un rétablissement de la justice au nom de tous les opprimés, pour que l’Histoire ne se répète plus », dans une salle obtenue grâce au concours de Jean-Luc Romero, adjoint à la mairie de Paris en charge des droits humains. Le député socialiste Olivier Faure, suivi peu après par l’eurodéputé Raphael Glucksmann, parlera de ses espérances pour « la fin de l’atrocité » au Xinjiang.

© Institut ouïghour d’Europe
© Institut ouïghour d’Europe

Pour que la célébration de la culture ouïghoure ne ressemble pas à une nécrologie

Les festivités reprenant, l’interprétation de la chanson du chanteur Atilla est à souligner, avec le morceau « Mère Patrie » célébrant l’ère turcophone comme un appel à l’osmose. Un effet bénéfique sur le public, composé principalement de Ouighours et de Turcs, mais y agglomérant également quelques Français aux origines et aux confessions variées. Des moments de dialogue des plus intéressants se sont engagés, ce qui n’a pas été pour déplaire à Irfan, Ouïghour installé en France depuis trois années, journaliste professionnel de formation. Son point de vue panoramique a d’ailleurs été bien utile pour tout spectateur extérieur à sa communauté, particulièrement dans le combat qu’il projette de mener pour préserver les références culturelles, historiques des siens, et entretenir la flamme de la conscience collective. Cette fête autour de Norouz a donc été des plus éclairantes puisque célébrée, sur peu de temps, à travers plusieurs aspects.

Néanmoins, les Ouighours continuent à souffrir. Et même si le sort des Ukrainiens monopolise les actuelles préoccupations médiatiques, il ne s’agit pas d’une raison valable pour oublier les Turcophones de Chine, très majoritairement musulmans, mais comptant aussi des chrétiens. Leur calvaire se prolonge, leur extinction est planifiée par l’appareil d’Etat chinois. La fête du Printemps représente le renouvellement de la vie. Les prestations du 19 mars ont résonné comme des incantations cherchant l’équilibre entre espoir et désespoir.

L’institut dirigé par Dilnur Reyhan ne perd pas espoir. Il a besoin du soutien de tout le monde et sous bien des formes : moral, financier, politique. Pour que la célébration de la culture ouïghoure ne ressemble pas à une nécrologie.

*****
Gianguglielmo Lozato est professeur d'italien et auteur de recherches universitaires sur le football italien en tant que phénomène de société. Il est auteur de l'essai Free Uyghur (Editions Saint-Honoré, mai 2021).

Du même auteur :
Génocide en Chine : une victoire des Ouïghours célébrée devant l'Assemblée nationale
A quand un Printemps ouïghour libérateur ?

Lire aussi :
Voyage au pays des Ouïghours. De la persécution invisible à l'enfer orwellien, par Sylvie Lasserre
Face à la répression des Ouïghours, boycotter – désinvestir – sanctionner la Chine aussi !
Face à la répression des Ouïghours, l'ONU appelée à « déployer des troupes de maintien de la paix » en Chine
Avec le trafic d’organes « halal » de Ouïghours, « la Chine pratique le banditisme d'Etat »
Avec la crise du Covid-19, « la cause ouïghoure a été mise aux oubliettes pour la plus grande joie de la Chine »
Rebiya Kadeer, la porte-drapeau des Ouïghours : « Notre indépendance, une vraie question de vie ou de mort »