Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 

Monde

Avec le trafic d’organes « halal » de Ouïghours, « la Chine pratique le banditisme d'Etat »

Rédigé par Gianguglielmo Lozato | Vendredi 21 Août 2020 à 12:00

           

Les persécutions envers les Ouïghours se sont amplifiées en Chine, Etat de plus en plus orwellien, au point d’être accusée de mener un génocide ciblé. Fin février s'est déroulée, sous la responsabilité de l'eurodéputé Raphaël Glucksmann, vice-président de la sous-commission des Droits de l'Homme du Parlement européen, et de Fiorella Luna, représentante de la Coalition internationale contre les abus des transplantations en Chine (ETAC), une réunion d'urgence sous forme de conférence au bureau parisien du Parlement européen, à deux pas de l'Assemblée nationale.

L'ordre du jour était des plus graves : le trafic d'organes orchestré par la Chine de Xi Jinping. Une problématique sérieuse qui a conditionné les débats avec, parmi d'autres invités, la représentante du mouvement Falun Gong en France et Enver Tohti, ancien chirurgien originaire de la province du Xinjiang qui a assisté et participé à des prélèvements d'organes sur des prisonniers et des condamnés à mort par le passé en Chine. Ce membre de la diaspora ouighoure, aujourd’hui exilé depuis 1998 à Londres où il exerce essentiellement en tant que chauffeur de taxi, nous éclaire, en toute bienveillance, sur la question du trafic d’organes au cours d’une interview.



Enver Tohti est un ancien chirurgien originaire de la province du Xinjiang qui a assisté et participé à des prélèvements d'organes sur des prisonniers et des condamnés à mort par le passé en Chine avant son exil à Londres, en Grande-Bretagne, en 1998. © Gianguglielmo Lozato / Saphirnews.com
Enver Tohti est un ancien chirurgien originaire de la province du Xinjiang qui a assisté et participé à des prélèvements d'organes sur des prisonniers et des condamnés à mort par le passé en Chine avant son exil à Londres, en Grande-Bretagne, en 1998. © Gianguglielmo Lozato / Saphirnews.com

Afin que notre lectorat puisse mieux vous situer, pouvez-vous nous dire quelle est votre formation initiale ?

Enver Tohti : J'appartiens à la minorité ouighoure, population turcophone et très majoritairement musulmane sunnite, établie officiellement dans l'ouest de la Chine. Cette zone s'appelle le Turkestan, Turkestan oriental ou le Xinjiang. J'ai quitté la Chine il y a deux décennies. Je suis médecin-chercheur de formation. J’ai été invité au bureau de Paris du Parlement européen afin d'alerter sur les méfaits du trafic d'organes humains organisé par la nation chinoise. J'y ai développé une intervention à propos des méthodes médicales dictatoriales et impitoyables en territoire chinois, où on n'hésite pas à mutiler des individus vivants pour parvenir à leurs fins dans un but lucratif.

Quel état des lieux peut-on dresser en la matière ?

Enver Tohti : Un très mauvais bilan ! L'opinion internationale n'a pas idée de l'ampleur. Tout comme la Chine gère les carcasses animales avec le profit maximum au mépris de toute règle sanitaire, le comportement est similaire dans la gestion du corps humain. Une bestialité inimaginable. Le trafic d'organes s'effectue dans de très grandes proportions. Avec cynisme et encouragements aux magouilles les plus méprisables. Rien n'est respecté ni sur le plan éthique ni sur le plan de l'hygiène.

Comment est organisé ce trafic ?

Enver Tohti : Le plus simplement du monde : par le gouvernement chinois qui pratique le banditisme d'Etat. Ce n'est pas l'exclusivité d'une mafia souterraine. Nous sommes en présence d'une « voyoucratie » officielle. Ce trafic alimente le marché national comme international.

Vers quelles destinations ?

Enver Tohti : Ça peut être sur tous les continents. Les complicités sont multiples. Cependant, il y a une prédilection concernant le Moyen-Orient, particulièrement l'Arabie Saoudite.

Il s'agit pourtant d'une nation musulmane qui devrait, en principe, se montrer solidaire, ouvertement compatissante. N'est-ce pas paradoxal ?

Enver Tohti : Bien sûr. C'est pourtant la très triste réalité. C'est d'autant plus attristant que sa Majesté Mohammed Ben Salmane n'a jamais condamné officiellement la Chine pour ses agissements installant la discrimination envers les Ouïghours et la méfiance des musulmans de l'ethnie Hui. Avec une nuance : les Huis pratiquent mieux la langue chinoise que les Ouïghours et, physiquement, ils se rapprochent beaucoup plus des standards officiels. L'Etat chinois est donc islamophobe et raciste, la preuve avec cette graduation. De toute façon, ce sont les Hans les privilégiés.

Lire aussi : En Chine, « il n’existe pas de solidarité automatique entre musulmans »

Les politiques de discrimination sont-elles bien ancrées en Chine ?

Enver Tohti : Oui, tout à fait. Territorialement et chronologiquement. Les étrangers ne réalisent pas que cela a toujours existé. Le phénomène a juste pris des proportions démesurées ces dernières années au moyen d'emprisonnements, d'internements, de confiscations des biens, de mise en place de politiques d'acculturation, d'accusations calomnieuses de radicalisation.

En Chine, on peut être jeté en prison ou déporté si on est surpris en train de jeûner pendant le Ramadan. Ou être radié si l'on est fonctionnaire. Comme je vous le disais, cela fait une vingtaine d'années que je suis à Londres. Déjà à l'époque, il y avait des pressions, parfois latentes, parfois directes, dont certaines furent colossales au point de créer une révolte en 2009. Cela variait. La preuve : je ne suis pas retourné dans ma chère région d'origine depuis le temps. J'étais déjà menacé.

Le mot « halal », élément sì discriminant en Chine mais si utile à des fins commerciales et au mensonge thérapeutique.

Pourtant, l'opinion internationale semble à peine vous découvrir...

Enver Tohti : En Chine, l'information est cadenassée. Très peu de choses filtrent, croyez-moi. En plus, certains pays et leurs gouvernements s'en contrefichent, alors... Ils ont d'autres priorités. Y compris les pays musulmans. Une fois, j'avais voulu me rendre en Turquie où j'avais déjà effectué un premier séjour instructif et positif. Mais surprise, on m'a refoulé à la douane, me renvoyant vers l'Angleterre. Apparemment sur instructions des autorités chinoises.

Avec le trafic d’organes « halal » de Ouïghours, « la Chine pratique le banditisme d'Etat »
Quant aux pays du Golfe, ils ne jouent pas forcément le jeu. J'ai cité juste avant l'Arabie Saoudite. La Chine organise très cyniquement son trafic aux dépens des détenus ouïghours. En faisant la promotion du halal. Non, non, vous ne rêvez pas. Sous prétexte que les transplantations se feront grâce à des organes prélevés sur des prisonniers musulmans, les greffes seraient alors encadrées religieusement ?! C'est scandaleux de détourner la religion ainsi. Surtout le mot « halal », élément sì discriminant en Chine mais si utile à des fins commerciales et au mensonge thérapeutique.

En fait, les gens m'ayant témoigné le plus de sympathie et de compréhension sont le plus souvent originaires d'Afrique du Nord et des États-Unis. La France aussi a réalisé quelques efforts de communication depuis quelques années. Mais les campagnes d'information sont à répéter, à perfectionner. Notre président du gouvernement en exil du Turkestan oriental, Erkin Ablimit, est très actif en France où il réside. Il faut l'aider à dispenser cette sensibilisation. Notre diaspora aux États-Unis et au Canada est aussi très active, il y a par exemple la dissidente emblématique Rebiya Kadeer.

Quel est votre rapport à l'éthique, à la religion ?

Enver Tohti : Je suis un scientifique. Depuis toujours, j'apprécie la science, la réflexion scientifique. (...) Je suis un chercheur, donc quelqu'un qui se remet en question. Comme dans tout domaine scientifique, la religion peut se retrouver interrogée ou parfois malmenée par la pratique intensive de l'expérimentation.

J'ai eu mes phases d'interrogation, de doute. Sans pour autant remettre en question la suprématie divine. Croire en Dieu m'a aidé à supporter des épreuves de l'exil qui se sont imposées à moi, à les surmonter. La croyance en Dieu m'a servi pour survivre, vivre, rester dans le droit chemin malgré les difficultés, m'adapter, apprendre une autre langue et surtout travailler honnêtement sans relâche. Cela m'a prêté assistance dans mes tâches quotidiennes, y compris pour cuisiner car je fais de la résistance face à la gastronomie britannique (léger sourire).

Avec le trafic d’organes « halal » de Ouïghours, « la Chine pratique le banditisme d'Etat »
Les Ouïghours sont musulmans dans leur immense majorité. Mais nous comptons aussi des chrétiens, des athées. Le fait d'être très pieux peut facilement côtoyer l’expression de la laïcité chez nous. Des conjointes chinoises extérieures à notre communauté se sont déjà converties à la religion musulmane de leur plein gré tant notre approche de l'islam se fait de manière informative et pas rébarbative, contrairement aux idéologies dominantes de la pensée nationale chinoise. C'est pour cela qu'en s'intéressant à notre cas, bon nombre d'Occidentaux découvriraient que l'islam peut signifier un vrai rapprochement, que ce n'est pas uniquement du fanatisme. Ils découvriraient également que l'on peut avoir des points communs tout en étant différents. Ils donneraient l'exemple aux Chinois qui les méprisent.

Les Chinois auraient ensuite beaucoup à apprendre de l'islam. Le « halal », c'est une règle de vie concernant l'hygiène, la conservation des aliments, la sélection raisonnée des espèces à consommer... Cela aurait pu permettre d'éviter la propagation du coronavirus. Je dis tout ça en toute objectivité car, bien que né musulman, je me suis converti au christianisme il y a quelques années. Néanmoins, je reconnais les bienfaits de l'islam, notamment celui de veiller à la préservation de l'instinct grégaire. Ce point a aidé à consolider l'unité des Ouïghours en territoire chinois. Sinon, il y aurait eu dilution.

Croire en Dieu m'a aidé à supporter des épreuves de l'exil qui se sont imposées à moi, à les surmonter.

Comment avez-vous amorcé ce tournant spirituel ?

Enver Tohti : Le plus simplement du monde : par le baptême. Le fait d'avoir été perturbé par le déracinement y a certes largement contribué. Le cheminement vers la foi en Dieu, je l'avais accompli bien auparavant puisque je suis croyant depuis toujours. Et fier de l'être. L'exil a beaucoup pesé. Vient un autre facteur : la déception vis-à-vis de certains pays qui comptaient parmi mes coreligionnaires musulmans.

Sans l'exil, vous n'y auriez pas pensé ?

Enver Tohti : Je ne peux répondre très catégoriquement mais il est certain que ça m'a très fortement influencé. J'ai cherché une nouvelle forme de refuge face à l'indifférence généralisée envers mon peuple. Après, je suis resté très musulman par certains réflexes. Par exemple, l'accoutumance au « Salam aleykoum » ou à l'expression « InchaAllah », avec tout ce que cela comporte comme sens, comme symbologie. Cela démontre aussi l'ouverture d'esprit du peuple ouïghour, loin du terrorisme. Au contraire, c'est la Chine qui pratique le terrorisme d'Etat. De toute façon, l'extrémisme peut s'exprimer partout, n'importe quand et il n'est pas seulement religieux. Il peut aussi être politique.

Etes-vous satisfait de votre existence à Londres ?

Enver Tohti : Oui. Je m'y suis d'ailleurs marié. J'y ai perfectionné mon sens de l'humilité en tant qu'exilé. Par exemple, vu la difficulté que j'ai à faire reconnaître mes diplômes, je gagne ma vie essentiellement en tant que chauffeur de taxi, malgré quelques interventions dans mon domaine de spécialité, mais je ne me plains pas. En ce moment, énormément de gens sont plus à plaindre que moi.

Si on prend en compte l'activité professionnelle, la discrimination à l'embauche frappe en priorité ma communauté en Chine, y compris dans notre territoire. Si on prend la liberté de conscience, c'est encore pire. Alors comme on dit « Aide-toi et Dieu t'aidera ». Après Londres est cosmopolite, ça apprend beaucoup de choses. Il y a des Chinois ici mais le contact est un peu biaisé.

Vos dernières pensées pour clore notre rencontre ?

Enver Tohti : Informons. Concertons-nous. Réagissons. Le trafic d'organes orchestré par les autorités chinoises est ignoble et il doit nous faire réfléchir tous ensemble. Pensons à tous les opprimés. Je remercie tous ceux qui nous aident moralement. Unissons-nous sans tarder face à l'adversité. Le cas des Ouïghours doit servir d'avertissement contre l'intolérance. L'apparition du coronavirus est aussi un avertissement, cette fois venu tout droit de la nature.

Croyants et incroyants, formons un même front contre l'injustice inhumaine. Mais surtout nous, les croyants de tous horizons, car nous avons encore moins d'excuses pour ne pas faire preuve d'humanité par rapport à ceux qui ne croient pas. Vous savez, je ne suis pas certain de pouvoir refouler le sol de ma patrie un jour. Alors faisons-le pour le devoir de mémoire et pour les générations futures.

Lire aussi :
Voyage au pays des Ouïghours. De la persécution invisible à l'enfer orwellien, par Sylvie Lasserre
Rebiya Kadeer, la porte-drapeau des Ouïghours : « Notre indépendance, une vraie question de vie ou de mort »
Des députés français dénoncent l'impunité de la Chine face à l'éradication des Ouïghours
Les Ouïghours, victimes d'une vaste campagne de stérilisation forcée en Chine
Avec la crise du Covid-19, « la cause ouïghoure a été mise aux oubliettes pour la plus grande joie de la Chine »
La cause des Ouïghours entendue au Parlement européen, des sanctions réclamées contre la Chine