Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Egypte : Morsi sera jugé pour « incitation au meurtre »

Rédigé par La Rédaction | Lundi 2 Septembre 2013



Mohamed Morsi sera jugé pour « incitation au meurtre », a annoncé le parquet dans un communiqué, dimanche 1er septembre. Le président égyptien, déchu par un coup d'état militaire le 3 juillet, sera jugé en même temps que 14 autres membres des Frères musulmans. La date du procès n’a pas encore été précisée.

Mohamed Morsi, détenu par l'armée, devra répondre de la mort d'au moins sept manifestants, le 5 décembre 2012, lors de grands rassemblements l'accusant de vouloir islamiser la législation égyptienne. Des affrontements avaient éclaté entre les partisans et les opposants du premier président égyptien démocratiquement élu en juin 2012.

M. Morsi comparaîtra sur le banc des accusés aux côtés d'Essam al-Ariane, le numéro 2 du parti de la Liberté et de la justice (PLJ), bras politique des Frères musulmans, et Mohamed Beltagi, un autre leader du PLJ arrêté récemment. Depuis la dispersion sanglante des sit-in des pro-Morsi, le 14 août au Caire, les arrestations de membres et de responsables des Frères musulmans se multiplient. Elles ont d’ailleurs mené à celle de Mohammed Badie, le leader de la confrérie, très affaibli, dont le procès pour « incitation au meurtre», brièvement ouvert le 25 août, doit reprendre le 29 octobre.

Avec deux de ses adjoints, trois autres membres des Frères musulmans accusés de « meurtres » et 29 militants de la confrérie, ils sont poursuivis pour leur responsabilité dans le meurtre de huit manifestants qui avaient attaqué leur quartier général le 30 juin lors de manifestations monstres appelant à la démission du président Mohamed Morsi.

Ce dernier, détenu dans un lieu secret depuis sa chute, avait dans un premier temps été placé en détention pour sa complicité présumée dans des attaques contre la police, imputées au Hamas sous le régime d’Hosni Moubarak, ainsi que pour son évasion de la prison de Wadi Natroun au moment de la révolution, début 2011.

Avec ce nouveau chef d’inculpation (« incitation au meurtre »), il risque gros... tout comme l’ex-dictateur Hosni Moubarak dont le procès pour « complicité de meurtre » reprendra le 14 septembre. Celui-ci a cependant été remis en liberté conditionnelle depuis que l'armée a repris les rênes du pouvoir.

Lire aussi :
Egypte : l'état de santé du leader des Frères musulmans inquiète
Egypte : les procès des Frères musulmans et de Moubarak reportés
Egypte : Morsi en détention pour ses liens avec le Hamas
Egypte : le guide des Frères musulmans arrêté

Et aussi :
Égypte : « Il y aura une escalade de la violence », selon Alain Gresh
Égypte : Que la société civile se mobilise enfin
Horreurs en Egypte : dire et répéter
Les cinq raisons du coup d’État égyptien
L’avenir de l’Égypte victime de la bataille entre les Frères et l’armée
Les Frères musulmans sont-ils responsables de la tragédie égyptienne ?
Égypte : médias et gouvernements encouragent le terrorisme d’État et le génocide
Egypte ‒ place Rabia al-Adawiyya : un nouveau Tian’anmen ?
Le coup d’Etat en Egypte : les défis de la transition
Échec de l’islam politique ou crépuscule des « islamo-démocrates » ?





Loading