Connectez-vous S'inscrire






Culture & Médias

Vogue UK et sa couverture inédite qui reflète la diversité des femmes dans la mode

Rédigé par Lina Farelli | Mardi 10 Avril 2018



Vogue UK et sa couverture inédite qui reflète la diversité des femmes dans la mode
Le titre britannique Vogue UK marque de son empreinte l’histoire des magazines de mode dont les couvertures sont souvent dominées par des femmes blanches à la silhouette longiligne.

Pour le numéro du mois d’avril baptisée « Nouvelles frontières », Vogue UK, sous l'autorité de son rédacteur en chef Edward Enninful, a choisi de mettre en couverture neuf femmes, des pionnières dans l’industrie de la mode qui reflètent la diversité composant nos sociétés. Une grande première dans l’histoire de ce magazine centenaire.

A son arrivée à la tête de la rédaction en chef de Vogue en avril 2017, Edward Enninful, un styliste homosexuel d’origine ghannéenne, a tenu à apporter un vent de fraîcheur qui rime avec inclusion. Questionné sur la raison de son choix de couverture qui rompt avec les pratiques coutumières de ce prestigieux magazine, celui qui est le premier homme à en être le rédacteur en chef a répondu : « Quand je dis diversité, je veux être clair que cela n’a jamais juste été question de noir et blanc pour moi. Il s’agit d’une diversité à tous les niveaux – qu’il soit question de race, de taille, de profil socio-économique, de religion, de sexualité. C’est ce que je veux célébrer avec cette couverture. »

Des femmes réunies sur une note d’élégance

Halima Aden est une des huit femmes à figurer dans la couverture. Cette jeune Américaine d’origine somalienne qui a grandi dans un camp de réfugiés au Kenya est une mannequin cotée aux Etats-Unis où elle incarne un des nouveaux visages de la mode avec son voile qu’elle arbore fièrement.

Et si bien des médias se sont focalisés sur elle du fait qu’elle est devenue la première musulmane voilée à faire la couverture de Vogue UK, la présence des huit autres femmes n’en demeure pas moins importante : l’Italienne Vittoria Ceretti (à gauche de Halima Aden), la Croate Faretta, l’Américaine Paloma Elsesser, l'Indienne Radhika Nair, la Sud-Coréenne Yoon Young Bae, la Britannique Fran Summers, l'Américaine Selena Forrest et enfin la Soudano-Australienne Adut Akech (assise). Pour Edward Enninful, « c’est le moment pour Vogue de faire ce qu’elle a toujours fait de mieux : offrir une vision audacieuse de ce que le futur peut – et devrait – être ».

Lire aussi :
Racisme : l'admirable mea-culpa du National Geographic sur ses reportages passés
Amena Khan contrainte de se retirer de la campagne L’Oréal pour des tweets anti-Israël
Cinq idées reçues sur la « modest fashion »
Mode féminine, arme contre l’islamophobie ?