Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

« Victoire de l'Afrique au Mondial » : Trevor Noah répond aux critiques françaises après son sketch (vidéo)

Rédigé par Lina Farelli | Vendredi 20 Juillet 2018



« Victoire de l'Afrique au Mondial » : Trevor Noah répond aux critiques françaises après son sketch (vidéo)
« L’Afrique a gagné la Coupe du monde ! » Après le sacre des Bleus au Mondial en Russie, Trevor Noah s'est permis de faire un sketch, lundi 16 juillet, qui lui a valu des critiques ouvertes de l'ambassadeur de France des Etats-Unis pour qui l'animateur a « légitimé l’idéologie affirmant que la blanchité est la seule définition de l’identité française ». En jonglant entre sérieux et humour, le présentateur du Daily Show lui a adressé une remarquable réponse, mercredi 18 juillet, de façon à apaiser la polémique.

« Selon moi, tous les Noirs à travers la planète ont célébré l’africanité des joueurs français », a-t-il commencé, avant d'affirmer que ses propos ne visaient absolument pas à dénigrer les joueurs de l'équipe de France. « Quand je dis qu’ils sont Africains, je ne le dis pas pour exclure leur identité française, mais je le fais pour les inclure et partager avec eux l’identité africaine qui est la mienne. Je leur dis : je vous vois mes frères français d’origine africaine », affirme-t-il, refusant d'être mis dans le sac que les suprématistes blancs.

« Je crois que le contexte définit toute chose. Il y a des choses que tu peux dire, d’autres non. Quand je dis à mon pote "Comment ça va, négro?" et qu’une personne blanche arrive et dit la même chose, oui il y a une grosse différence ! »

A ceux qui disent « Ils ne sont pas Africains, ils sont Français ! », « je réponds : pourquoi ne peuvent-t-il pas être les deux ? », dit-il sous les applaudissement de son public, « Ce qui me dérange, quand je lis la presse et écoute les politiciens parler des migrants africains - et particulièrement en France -, c’est que lorsqu'ils sont sans emploi, qu’ils commettent un crime ou qu’ils sont considérés comme une menace, on parle d’eux comme des migrants africains. Mais lorsque leurs enfants gagnent une Coupe du monde pour la France, il ne faudrait parler d’eux que comme des Français », a-t-il relevé.

Il a ainsi souligné le cas de Mamoudou Gassama qui, au sol, « était un Africain » avant de devenir Français lorsqu'il a escaladé un mur pour sauver un enfant. « Alors s’il fait tomber le bébé, c’est l’Africain qui fait tomber le bébé ? », a-t-il lâché avec une ironie qui pousse à la réflexion.

« Je continuerai à les louer en tant qu'Africains parce que je pense qu'ils viennent d'Afrique, leurs parents sont Africains, et ils peuvent être Français en même temps. Et si les Français disent qu'ils ne peuvent pas être les deux, alors je pense que c'est eux qui ont un problème, pas moi », conclut le présentateur.