Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Tunisie : débats houleux autour de l’article contre l’apostasie

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 23 Janvier 2014



La dernière ligne droite est tortueuse pour la Constitution tunisienne. Les députés de l’Assemblée nationale constituante (ANC) ont fait quelques pas en arrière cette semaine pour réviser le contenu de l’article 6 portant sur la liberté de conscience. Un amendement sur l’interdiction de porter des accusations d’apostasie (« takfir »), voté le 6 janvier à l’issue d’une dispute entre députés, fait à nouveau débat dans l’hémicycle.

La disposition est contestée principalement par les élus d’Ennahdha, qui souhaitent revoir ses termes jugés contraire à l’islam mais également à la liberté d’expression, tandis que les partis de l’opposition laïque ont refuse toute modification, estimant que les accusations d’apostasie favorisent les appels au meurtre. Plusieurs d’entre eux, en apprenant la révision de l’article, ont provoqué et invectivé leurs collègues.

Un député de l'opposition, Ibrahim Kassas, qui s'est en revanche opposé à l'article, a piqué une crise de colère au point de s'effondrer après avoir crié à de nombreuses reprises « Allah akbar », obligeant Meherzia Labidi, la vice-présidente de l’ANC, à suspendre l’audience.

Mais une fois reprise, les tensions sont restées vives. Pour calmer le jeu, le vote a été reporté et les présidents des groupes parlementaires ont été invités à discuter à nouveau du contenu. Sept autres articles ont besoin encore d'être examinés et votés pour finaliser la Constitution.

Lire aussi :
Tunisie : l’interdiction de porter des accusations d’apostasie constitutionnalisée
Tunisie : les députés votent enfin la Constitution
Tunisie : pas de démocratie sans transparence !
Tunisie : Mehdi Jomaa Premier ministre
La Tunisie résiste
Tunisie : pas de loi contre l’interdiction du niqab à la fac
Le Grand Mufti de Tunisie s'insurge contre les fatwas radicales
La venue du président Marzouki en France sous tension
Tunisie : deux ans après la révolution, le peuple s'impatiente
Tunisie : la démocratie a rendu son verdict
Tunisie : Ben Ali, la fin d’un règne sans partage