Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Le gouverneur de Tokyo s’excuse après ses propos sur les pays musulmans

Rédigé par La Rédaction | Mardi 30 Avril 2013



Le fair-play n’est pas toujours au rendez-vous dans la compétition pour remporter l’organisation des jeux Olympiques (JO). Dans une interview accordée au New York Times et publiée samedi 27 avril, Naoki Inose, le gouverneur de Tokyo et patron du comité de candidature aux JO 2020, a ainsi critiqué durement les pays musulmans alors qu’il faisait référence à Istanbul, ville candidate pour les JO, présentée comme la plus sérieuse adversaire de Tokyo.

« De temps en temps comme pour le Brésil, c'est bien d'avoir un nouveau lieu. Mais les pays islamistes, la seule chose qu'ils ont en commun est Allah et ils se battent les uns contre les autres », a-t-il déclaré.

Se rendant compte de la portée de ses propos, le gouverneur tente alors de se justifier sur sa page Facebook. Il assure n’avoir à aucun moment voulu dénigrer la candidature d'une ville concurrente, ce qui est formellement interdit par les règles du Comité international olympique (CIO). Puis, mardi 30 avril, M. Inose a finalement fait le choix d’exprimer ses excuses publiques. « Il y a eu des commentaires qui ont pu créer un malentendu dans les pays musulmans. Je m'en excuse », a-t-il déclaré à la télévision.

Le comité de candidature de Tokyo avait déjà tenté la veille de calmer le jeu. « Si l'angle de l'article nous a surpris, Tokyo 2020 reconnaît avec regret que l'article a pu être perçu comme pouvant faire douter de son engagement vis-à-vis de ses solides principes de candidature », avait souligné le comité, tout en réaffirmant « respecter entièrement les règles du CIO concernant les villes candidates », rapporte L’Express.Mu, un site d’informations mauricien.

« On ne comprend pas très clairement, à partir de la traduction, ce que voulait dire exactement le gouverneur, mais nous voudrions rappeler à toutes les villes candidates les règles régissant le processus de candidature », a par ailleurs mis en garde le CIO. L’instance internationale a également ouvert une enquête, d’après Reuters. Pour sa part, le comité de candidature d'Istanbul a préféré ne pas commenter l’affaire, mais le ministre turc des Sports a qualifié « d'injustes et de décourageants » les propos de M. Inose.

Le 7 septembre, les 101 membres du CIO choisiront la ville qui accueillera les JO d’été en 2020. Ce dérapage du gouverneur de Tokyo pourrait coûter la victoire à la capitale japonaise.

Lors d’un sommet du G8 en 2005, peu de temps avant le choix de la ville hôte des Jeux de 2012, une remarque du président français de l’époque Jacques Chirac avait contribué à faire perdre Paris et gagner Londres, selon Sebastian Coe, le président du comité de candidature de la ville de Londres aux JO 2012, rappelle ainsi FrancsJeux.com, un site dédié au mouvement sportif international. « Vous ne pouvez pas vous fier à un peuple qui cuisine aussi mal. Après la Finlande, la Grande-Bretagne est le pays qui possède la plus mauvaise nourriture », avait dit Jacques Chirac à Vladimir Poutine...

Lire aussi :
JO Londres 2012 : les symboles religieux bannis des badges
JO 2012 : plus de médailles d'or pour la France
Hommage à Mohamed Ali aux JO 2012
Ramadan 2012 : les JO de Londres, un défi pour les athlètes musulmans
Une fatwa de l’UOIF autorise les athlètes des JO à ne pas jeûner





Loading