Connectez-vous S'inscrire






Religions

Le franciscain et le soufi : l'esprit de la rencontre entre Saint François d'Assise et le sultan Al-Kâmil vivant

Rédigé par Nathalie Ritzmann | Lundi 30 Juillet 2018



Une rencontre entre franciscains et derviches tourneurs a été organisée le 27 octobre 2017 à l’église Saint-Louis des Français d'Istanbul. Au centre, le prêtre franciscain Gwénolé Jeusset. A sa gauche, le cheikh mevlevi Nail Kesova. © Nathalie Ritzmann
Une rencontre entre franciscains et derviches tourneurs a été organisée le 27 octobre 2017 à l’église Saint-Louis des Français d'Istanbul. Au centre, le prêtre franciscain Gwénolé Jeusset. A sa gauche, le cheikh mevlevi Nail Kesova. © Nathalie Ritzmann
Dans son film Le franciscain et le soufi, Manoël Pénicaud donne la parole au frère franciscain Gwénolé Jeusset qui a passé une dizaine d'années à Istanbul.

Spécialiste de la rencontre entre Saint François d'Assise et le sultan Al-Kâmil, neveu de Saladin, en 1219, ce prêtre français d'origine bretonne, qui a passé une bonne partie de sa vie de chrétien au contact avec l'islam, s'est rapproché, durant son séjour en Turquie, d'un groupe de mevlevi (derviches tourneurs) et plus particulièrement de Nail Kesova, le cheikh à la tête de celui-ci.

C’est ensemble qu’ils se sont rendus sur la tombe de Rumi à Konya (Turquie) en mai 2014, puis à Assise (Italie) avec d'autres frères franciscains d'Istanbul et derviches du groupe de Nail Dede en avril 2015 pour se recueillir sur la tombe de Saint François.

Le film de Manoël Pénicaud, d'une durée de 9 min 30, comporte des images du réalisateur ainsi que des séquences que j'ai tournées en octobre 2017 en l'église Saint-Louis des Français d'Istanbul.

Ce court-métrage est présenté depuis le 11 juin et jusqu'au 18 novembre 2018 dans le cadre de l'exposition Lieux Saints Partagés à la Colline Notre-Dame du Haut à Ronchamp (Haute-Saône).