Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Politique

Attaque à Bayonne, voile, radicalisation... les positions et les engagements du CFCM

Rédigé par Lina Farelli | Mardi 29 Octobre 2019



Attaque à Bayonne, voile, radicalisation... les positions et les engagements du CFCM
La veille de l'attaque perpétrée contre la mosquée de Bayonne, et à l'heure où les inquiétudes des citoyens français de confession musulmane sont fortes face à la haine et aux dérives dont ils sont la cible, Emmanuel Macron a reçu à l'Elysée, lundi 28 octobre, une délégation du Conseil francais du culte musulman (CFCM), composée de son président par intérim, Dalil Boubakeur, et de ses vice-présidents Anouar Kbibech (RMF) et Ibrahim Alci (CCMTF). Le ministre de l'intérieur Christophe Castaner était aussi présent.

La lutte contre le communautarisme figurait au coeur des discussions entre le CFCM et le chef de l'Etat qui, depuis plusieurs jours, montre une plus grande fermeté sur le sujet.

Au lendemain de ce rendez-vous, et à l'issue d'une réunion de représentants des fédérations musulmanes organisée mardi 29 octobre à la Grande Mosquée de Paris, le CFCM a fait part de ses engagements dans un communiqué dont la rédaction a eu copie (à lire plus bas).

Outre sa condamnation de l'attaque à Bayonne, l'instance réaffirme sa position religieuse sur le voile - « une prescription religieuse » en islam - et déclare s'engager, d'une part, sur la structuration d'un Conseil de l’ordre des imams de France et, d'autre part, sur « une réflexion sur les signes de radicalisation religieuse afin de lever toute confusion avec la pratique religieuse piétiste ».

La question de la lutte contre le communautarisme n'est, en revanche, pas évoquée dans le communiqué final. Un nouveau rendez-vous avec le président a néanmoins été convenu d'ici la fin du mois de novembre - après les élections du CFCM - « concernant un programme de lutte contre le communautarisme que le gouvernement est en train de mettre en place », affirme Anouar Kbibech, qui déclare que le CFCM est « totalement associé à cette démarche ».

Les positions et engagements du CFCM

« Face au débat sur la question du foulard dans l’espace public et à l’hystérie islamophobe agressive, voire criminelle, qui s’est installée dans notre pays, le président du Conseil français du culte musulman, le recteur Dalil Boubakeur, a réuni ce jour (mardi 29 octobre) à la Grande Mosquée de Paris le Conseil religieux de cette instance en présence de tous les représentants des fédérations musulmanes.

A l’issue des délibérations, le Conseil religieux :

1) Condamne avec force l’attaque de la mosquée de Bayonne qui a fait deux victimes et interpelle les personnalités politiques et médiatiques qui doivent prendre la responsabilité de leurs propos outranciers qui banalisent la haine du musulman.

Lire aussi : Ce que l’on sait de l’attaque visant la mosquée de Bayonne

2) Affirme que les Français de confession musulmane sont, avant tout, des citoyens de ce pays pour lequel leurs ancêtres se sont battus au péril de leur vie.

3) Insiste sur la liberté de tout un chacun de vivre sa foi dans le respect du cadre républicain.

4) Rappelle que le port du voile est une prescription religieuse, mais celles qui ont décidé de s’en affranchir ne sont pas moins musulmanes et restent dans la communauté des croyants.

5) Engage une réflexion sur la structuration du ministère des imams avec notamment la mise en place du Conseil de l’ordre des imams de France.

6) Rend hommage aux imams qui, par leur travail au quotidien, contribuent fortement à immuniser la communauté musulmane contre la radicalisation et les dérives communautaristes.

7) Conscient de l’engagement de plus en plus affirmé des femmes sur la question religieuse, le CFCM propose l’intégration de théologiennes (mourchidates) au sein du Conseil religieux.

8) Engage la réflexion sur la mise en place d’une formation continue contre la radicalisation tant au niveau régional que national.

9) Se félicite des propos du président de la République qui a insisté sur la liberté individuelle et citoyenne dans l’espace public.

Lire aussi : Laïcité : « Le port du voile dans l’espace public n’est pas mon affaire », dixit Macron

10) Engage dès à présent une réflexion sur les signes de radicalisation religieuse afin de lever toute confusion avec la pratique religieuse piétiste. Les conclusions seront remises au Bureau exécutif du CFCM avant la fin de l’année.

Lire aussi :
Vers une République de la délation en marche ? Halte à la surenchère émotionnelle

Et aussi :
Laïcité : « Le port du voile dans l’espace public n’est pas mon affaire », dixit Macron
Au rassemblement contre l'islamophobie à Paris, le ras-le-bol des manifestants exprimé avec force