Connectez-vous S'inscrire






Religions

Vœux du Nouvel An de Macron : la Grande Mosquée de Paris, chagrinée, boude le CFCM

Rédigé par | Mercredi 3 Janvier 2018

La Grande Mosquée de Paris a fait savoir, mercredi 3 janvier, qu'elle se retire du Conseil français du culte musulman (CFCM). En cause, le fait qu'elle n'ait pas été invitée à l'Elysée à l'occasion des vœux du Nouvel An d'Emmanuel Macron aux autorités religieuses. Le président du CFCM réagit à cette décision.



Vœux du Nouvel An de Macron : la Grande Mosquée de Paris, chagrinée, boude le CFCM
La Grande Mosquée de Paris n’est pas contente et le fait savoir. A la veille de la traditionnelle cérémonie des vœux du président de la République aux autorités religieuses à l’occasion du Nouvel An jeudi 4 janvier, l’institution, au travers de son recteur Dalil Boubakeur, déclare ne pas y avoir été convié cette année.

En réponse, elle décide non seulement de se retirer du Conseil français du culte musulman (CFCM) mais aussi de ne plus participer à des initiatives « émanant des pouvoirs publics sur l’organisation du culte musulman ».

« Il est surprenant que l’institution religieuse musulmane la plus emblématique de France, fruit d’une loi d’État pour manifester la reconnaissance de la Nation aux milliers de soldats musulmans morts pour la France durant la Première guerre mondiale, soit ainsi marginalisée voire ostracisée », déclare-t-elle dans un communiqué au ton acerbe.

Estimant être victime d’une « injuste et inexplicable mise à l’écart », la Grande Mosquée de Paris choisit en réponse « de se retirer de toutes les instances du CFCM et de ne plus participer à toute initiative émanant des pouvoirs publics sur l’organisation du culte musulman ».

La Grande Mosquée de Paris, qui se pose en « gardienne vigilante de l’islam du juste milieu depuis sa création en 1926 », a indiqué s’être « résolument et activement engagée, malgré les hostilités et les risques encourus, pour l’intégration harmonieuse des citoyens de confession musulmane dans la République et pour leur dignité ».

« L’édification de l’islam de France (…) ne peut raisonnablement se faire sans la participation active et responsable de la Grande Mosquée de Paris », conclut l'instance, qui avait annoncé en début d'année 2017 sa non-participation aux travaux de la Fondation de l'islam de France. Dalil Boubakeur ainsi que Chems-Eddine Hafiz sont pourtant officiellement inscrits en tant que membres du conseil d'orientation de la fondation.

Contacté par Saphirnews, le président du CFCM Ahmet Ogras a déclaré « prendre acte » de la décision de la Grande Mosquée de Paris qu'il entend rencontrer « dans les prochains jours ». A en lire son communiqué, « il semble qu’il y a un froid entre les pouvoirs publics et la Grande Mosquée de Paris et le CFCM est un dommage collatéral », déclare-t-il.

Invité, Ahmet Ogras a confirmé sa présence à l'Elysée pour les vœux présidentiels et a indiqué pouvoir être accompagné d'un second, comme tous les représentants des cultes conviés. Il sera accompagné de son prédécesseur et vice-président du CFCM Anouar Kbibech.

Lire aussi :
Macron rassure les représentants religieux de France en matière de laïcité
Proclamation de la Grande Mosquée de Paris : les 25 piliers de l'islam en France
A la Grande Mosquée de Paris, un hommage au Père Hamel pour le prêche du vendredi
L'islam mal perçu en France ? Grande Mosquée de Paris et UOIF demandent aux musulmans de s'activer
La Fondation de l’islam de France, ce sera sans la Grande Mosquée de Paris


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur