Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Points de vue

Vive le grand remplacement des idées putrides qui alimentent l’hystérie collective

Rédigé par | Samedi 12 Octobre 2019 à 12:30



Vive le grand remplacement des idées putrides qui alimentent l’hystérie collective
L’hystérie est collective. Elle est devenue partagée. Il y a des jours où je crois qu’elle devrait être inscrite dans notre patrimoine national. On devrait la célébrer comme un bien commun. Peut-être la célébration aurait-elle des vertus cathartiques.

Il y a des jours où je crois que ma position de musulmane, de métèque, de militante énervée, de suspecte en puissance, me fait observer le monde avec un prisme particulier. Ces lunettes grossissantes ont tendance à zoomer sur ce qui ne va pas, sur ce qui ne tourne pas rond, sur ce qui cloche. Je veux bien l’admettre.

Et pourtant, il y a bien de la pathologie et de l’hystérie dans les dernières déclarations de nos « guides » politiques.

Et pourtant, il y a de l’irresponsabilité dans les programmes développés par Jupiter. Il y a de la folie dans la traque que semble lancer Castaner.

Lire aussi : Du danger de se méprendre dans les signes d'alerte de la radicalisation à relever

Tout est prétexte à déverser notre hystérie

Si le discours politique est performatif dans la mesure où il est déjà acte, la visée programmatique développée par le président et son ministre de l’Intérieur a de quoi effrayer. Moi, je suis flippée. Je suis flippée et fatiguée. A mes allié-es, entendez-vous notre fatigue?

Commençons par Emmanuel Macron d’abord. Face à ce qu’il a nommé « l’hydre islamiste », le président a appelé, après la tuerie survenue à la préfecture de police de Paris, à la vigilance de « la nation toute entière », devenue responsable de repérer « les relâchements, les déviations, ces petits riens qui deviennent de grandes tragédies ». Si l’horizon est la surveillance de chacun sur tous, alors laissez-moi espérer mieux.

Pour éviter de pleurer, nombreux ont été ceux qui ont tourné en ridicule les propos de Christophe Castaner sur les signes de radicalisation « à relever ». #SignaleTonMusulman nous a permis de souffler. De rire. De rire, oui.

Ces événements ne sont qu’un épisode d’une série qui dure depuis trop longtemps. Tout est prétexte à déverser notre hystérie. L’affiche de la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE), les femmes aux sorties scolaires, les femmes dans les piscines… Et voici qu’Eric Zemmour fait son retour sur CNews. Cela fait un moment que j’ai cessé de suivre les rebondissements de ces intrigues qui placent les musulmans au centre de ce qui ressemble fortement à un drame national.

Grand-remplacer ces idées putrides par le simple fait d’être

J’ai cessé de commenter pour continuer à vivre. J’ai cessé de rebondir sur le dernier buzz pour poursuivre mon grand remplacement.

Alors oui, j’assume. J’ai décidé de grand-remplacer ces idées putrides par le simple fait d’être. J’ai le sentiment que le racisme aura gagné la bataille le jour où mes journées seront rythmées par les paroles qui ne cessent de m’essentialiser, de me poser en tant que suspecte.

Alors, d’ici là, je continue à vivre et à parler de littérature avec mes neveux et nièces.

Alors, d’ici là, je continue d’admirer la Création, la liberté, le travail littéraire et artistique de toutes celles et ceux qui peuvent paraître suspect-e-s.

Alors, d’ici là, je continuerai à porter ma voix (et ma voie) au chapitre de ce pays qui est le mien.

Lire aussi :
Contre la radicalisation, ne tombons pas dans le piège tendu par les charognards de l'unité nationale
Tuerie à la préfecture de police : Macron appelle à construire « une société de vigilance » contre « l'hydre islamiste »


Samia Hathroubi
Ancienne professeure d'Histoire-Géographie dans le 9-3 après des études d'Histoire sur les débuts... En savoir plus sur cet auteur