Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Tunisie : Béji Caïd Essebsi vainqueur contre Moncef Marzouki

Rédigé par La Rédaction | Lundi 22 Décembre 2014



Tunisie : Béji Caïd Essebsi vainqueur contre Moncef Marzouki
A l’issue du second tour de l'élection présidentielle en Tunisie, qui s’est déroulé dimanche 21 décembre, les résultats préliminaires délivrés par l'Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) donnent Béji Caïd Essebsi vainqueur. Le président de Nidaa Tounes, dont le parti a raflé 86 sièges sur 217 au Parlement, a obtenu 55,68 % des suffrages contre 44,32 % pour son rival, le président sortant Moncef Marzouki.

Le taux de participation s’est établi à 60,1 % contre 65 % au premier tour le 23 novembre. Dès le soir de l’élection, le camp de Béji Caïd Essebsi, où se mêlent hommes d’affaires, intellectuels et partisans de l’ancien régime de Ben Ali unis sous la bannière de l’anti-islamisme, revendiquait la victoire.

L’ancien ministre sous Habib Bourguiba a occupé des responsabilités politiques à l’époque de Ben Ali, chassé du pouvoir en 2011 après 27 ans de règne. Après une traversée du désert, l’homme âgé de 88 ans est ensuite revenu au premier plan de la scène politique tunisienne en février 2011 en occupant le poste de Premier ministre provisoire. Les craintes autour d’un possible retour en arrière et d'une dérive autoritariste n’ont eu de cesse d’être agitées par ses opposants dont un grand nombre a fait bloc derrière Moncef Marzouki, président du Congrès pour la République (CPR).

Cette figure historique dans la défense des droits de l’homme, qui avait réclamé en vain un débat public face à son adversaire, a promis en novembre de quitter la vie politique en cas de défaite électorale.*

Mise à jour mardi 23 décembre : Moncef Marzouki a annoncé la création du « mouvement du peuple de citoyens » visant à empêcher le retour de « la dictature ». « Partout, organisez-vous de manière pacifique, de manière démocratique pour être la force qui repousse la dictature (...), qui lui fait peur et l'empêche de tenter de s'infiltrer et de revenir par la fenêtre alors que nous l'avons fait sortir par la porte. », a déclaré le président sortant.

Lire aussi :
Tunisie : Marzouki, choisi grâce aux « salafistes jihadistes », tollé contre Essebsi
Tunisie : le match Essebsi-Marzouki en vue le 28 décembre
Tunisie : la victoire de Nidaa Tounes sur Ennahdha officielle
Elections Tunisie : « L’exclusion par les urnes est un défi pour les forces pro-révolution »
Législatives Tunisie 2014 : zoom sur une élection à forts enjeux