Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Tariq Ramadan, accusé de viols, placé en garde à vue

Rédigé par Benjamin Andria | Mercredi 31 Janvier 2018



Tariq Ramadan, accusé de viols, a été placé en garde à vue, au matin du mercredi 31 janvier à Paris.

L'islamologue suisse s'est rendu à la convocation des policiers pour être entendu dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte des chefs de viols et violences volontaires.

Deux femmes, qui ont toutes deux été entendues par la police, ont porté plainte en France en octobre et en novembre 2017. Selon RTL, la défense de Tariq Ramadan a versé au dossier des pièces censées discréditer la parole de la première plaignante, l'ex-salafiste Henda Ayari.

Cette nouvelle intervient au lendemain de l'annonce par l'intellectuel du lancement, le 20 janvier, d'un mouvement transnational appelé Résistance & Alternative, a appris Saphirnews.

Ce mouvement « représente l’engagement de plusieurs réseaux » dont l'objectif est de « diffuser une vision à la fois positive et critique du monde à travers une résistance active contre toutes formes d’aliénation ».

Selon un texte publié sur la plateforme de pétitions Change, l'initiative est lancée « suite à la campagne de diffamation à l’encontre de Tariq Ramadan » qui aurait « révélé que les différentes structures associatives dans lesquelles (les initiateurs oeuvrent) n’étaient plus suffisantes ». Elle « reprendra toute la pensée que Tariq Ramadan défend depuis presque 30 ans ». Les accusations visant l'islamologue ont néanmoins bel et bien impacté de façon durable son image, y compris dans les milieux musulmans.

Mise à jour vendredi 2 février : Tariq Ramadan a été mis en examen pour viol et de viol sur personne vulnérable » et incarcéré. Pour en savoir plus.

Lire aussi :
Tariq, #MeToo et nous
Ni ange ni démon : juste un être humain
Affaire Tariq Ramadan : en appeler à la justice en portant haut le combat contre les violences sexuelles