Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Mort de Rachel Corrie : l’armée israélienne est jugée non responsable

Rédigé par Maria Magassa-Konaté | Mardi 28 Août 2012



Consternation pour les parents de Rachel Corrie. La justice israélienne a rejeté leur plainte mardi 28 août. Leur fille, militante pacifiste américaine, engagée dans la cause palestinienne, avait été tuée, écrasée par un bulldozer israélien, en voulant protéger une maison palestinienne de la démolition.

« Nous sommes bien entendu profondément attristés et profondément troublés par ce que nous avons entendu aujourd’hui de la part du juge Oded Gershon », a déclaré Cindy Corrie, la mère de Rachel, après l’annonce du verdict.
« Je suis parvenu à la conclusion qu'il n'y a pas eu de négligence de la part du conducteur du bulldozer », avait affirmé plus tôt le juge du tribunal de district de Haïfa. Il a également affirmé que l'enquête de la police militaire avait été menée correctement.
Pire, le juge Oded Gershon n’a pas hésité à accabler la défunte. « Elle ne s'est pas tenue à distance de la zone comme toute personne qui réfléchit l'aurait fait », a-t-il ainsi blâmé.
« Nous croyons que la mort de Rachel aurait pu être évitée », a affirmé Cindy Corrie. Mais « nous savions dès le départ qu’une plainte civile serait une bataille difficile », a-t-elle ajouté, en soulignant qu’Israël « dispose d’un système bien huilé pour protéger ses militaires ».

Après la mort de Rachel, le 16 mars 2003, l’armée avait nié toutes responsabilités de ses soldats dans une enquête interne qui avait conclu que la jeune femme de 23 ans, membre du Mouvement international de solidarité (ISM), avait été tuée « alors qu'elle perturbait les opérations menées sur le terrain par des bulldozers ». Aucune mesure disciplinaire n'avait été prise.
Pourtant, de nombreux témoins ont assuré que le bulldozer avait délibérément écrasé Rachel Corrie, qui, avec d’autres manifestants, était bien visible du conducteur du véhicule.
Les parents de Rachel ont alors décidé de déposer en mars 2010 une plainte au civil contre l'État d'Israël et le ministère de la Défense, en demandant un dédommagement symbolique d'un dollar.

Accompagnés de 50 amis et sympathisants, Craig et Cindy Corrie, assistés d’un traducteur, ont malheureusement entendu un jugement amer. A la sortie de l'audience, l'avocat de la famille, Me Hussein Abou Hussein, a annoncé qu’ils allaient faire appel.

Lire aussi :
Verdict du procès de Rachel Corrie écrasée par un bulldozer israélien, mardi 28 août
Rachel, écrasée par un bulldozer israélien
Flottille de Gaza : les militants de retour mais Israël encore impuni