Connectez-vous S'inscrire






Finance éthique

L’or offre une nouvelle classe d’actifs aux institutions financières islamiques

Rédigé par | Jeudi 15 Décembre 2016



L’or offre une nouvelle classe d’actifs aux institutions financières islamiques
Grâce à l’adoption par l'Organisation de comptabilité et d'audit des institutions financières Islamiques basée au Bahreïn (AAOIFI) et le Conseil mondial de l’or (WGC) d’un nouveau standard, l’or a été admis le 19 novembre dans la liste des actifs négociables autorisés des institutions financières islamiques. Ces dernières auront désormais la possibilité d’utiliser l’or comme garantie négociable d’un produit financier islamique, à condition entre autres que les quantités d’or adossées au produit financier soient effectives.

Selon Aram Shishmanian, PDG du WGC, « il s’agit d’une initiative innovante pour les investisseurs islamiques et le secteur de l’or dans son ensemble. Nous sommes ravis qu’il existe désormais une directive définie de la charia sur la possibilité d’investir dans l’or. L’or est un actif de préservation du patrimoine qui a fait ses preuves et que les investisseurs islamiques peuvent désormais utiliser afin de protéger leurs biens et de diversifier les risques du marché ».

La Malaisie, le précurseur

Des plateformes internationales, y compris des fintechs, des start-up innovantes dans le secteur de la banque et de la finance, ont officiellement annoncé leur intention de lancer des solutions aurifères conformes à la charia. En Malaisie, la nouvelle fintech basée à Kuala Lumpur, HelloGold, qui était la première plateforme en or en ligne à être certifiée conforme au droit musulman a confirmé qu'elle allait étendre ses activités au-delà de la Malaisie pour inclure d’autres marchés d’Asie au second semestre 2017.

« Pour beaucoup en Asie, l'or est un investissement refuge particulièrement bon contre le risque de change et les chocs de marché. Au cours des 12 derniers mois, l'or a augmenté de 17 % contre le ringgit malaisien, 10 % Le baht thaïlandais, 9 % contre la rupiah indonésienne, 17 % contre le peso philippin et 12 % contre le dollar singapourien », a expliqué Robin Lee, PDG de HelloGold.

La fintech cherche à démocratiser l'accès aux investissements et à l'épargne en or en supprimant les obstacles aux investisseurs individuels - offrant aux clients la possibilité d'acheter, de vendre, et d'épargner. En Irlande, Goldtimer a commencé à travailler sur la mise en place d'une solution conforme à l’éthique musulmane, avec l’intention de la mettre sur le marché au premier trimestre de 2017.

« Depuis plusieurs années, nous travaillons sur une plateforme permettant d’apporter une solution de lingots d'or conforme au droit musulman pour le marché institutionnel », a déclaré Stephen Flood, PDG de Gold Core, qui a des bureaux au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Irlande. « Nous sommes impatients de lancer notre solution globale de placement en or conforme à la charia et de l'offrir aux institutions financières islamiques admissibles en 2017. »

Une nouvelle solution d'investissement en France

En France, les sociétés INAIA et SAAFI se sont accordées afin d’offrir au marché français une nouvelle solution d’investissement en or physique. Le plan d’épargne Gold Dinar est géré et distribué en Allemagne par la société INAIA, société allemande spécialisée dans la conception et la production de solutions en finance islamique depuis 2007, et distribué en France par SAAFI et ses partenaires distributeurs.

Récemment, Claudio Borio chef économiste de la Banque des règlements internationaux (BRI), déclarait que les turbulences récentes sur les marchés financiers n’étaient pas des coups de tonnerre isolés, mais des signes avant-coureurs d’une tempête qui couve depuis longtemps. Dans ce contexte, et si Claudio Borio dit vrai, on peut anticiper une forte appréciation du cours de l’or quand la tempête surviendra.



Ezzedine Ghlamallah
Ezzedine GHLAMALLAH est consultant, fondateur de SAAFI, cabinet de conseil en finance islamique et... En savoir plus sur cet auteur


Loading