Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Points de vue

Islam de France - Ahmet Ogras : « Laissons les musulmans gérer et s’organiser à leurs rythmes »

Rédigé par Ahmet Ogras | Lundi 24 Septembre 2018

Alors que les annonces d’Emmanuel Macron autour de la « restructuration de l'islam de France » sont attendues pour le mois d'octobre, l’heure est au bilan pour le Conseil français du culte musulman. Le CFCM a organisé, vendredi 21 septembre, un colloque pour annoncer, peu après la fin des dernières Assises territoriales de l'islam de France, la création de l’Association pour le financement et le soutien au culte musulman (AFSCM) et évoquer son projet de réforme en vue des élections pour le renouvellement de l’instance prévues pour juin 2019. Voici, en intégralité sur Saphirnews, le discours inaugural de son président Ahmet Ogras.



Le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) Ahmet Ogras a prononcé le discours inaugural lors du colloque organisé par l'instance vendredi 21 septembre au Sénat.
Le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) Ahmet Ogras a prononcé le discours inaugural lors du colloque organisé par l'instance vendredi 21 septembre au Sénat.
Mesdames, Messieurs,

Nous avons le plaisir de nous réunir cette matinée dans ce magnifique palais du Luxembourg au sein du Sénat, un des piliers de la République. Je tiens à remercier très chaleureusement nos deux sénateurs, Mme Nathalie Goulet et M. André Reichardt, pour nous avoir permis d’organiser ce colloque. Je salue leurs sens de la responsabilité en ce qu’ils nous permettent d’échanger autour d’un sujet qui nous est précieux tout autant que suivi par l’ensemble de nos concitoyens. Vos présences à tous étaient donc nécessaires et je vous remercie tous pour vos participations. (...)

Lire aussi > Au Sénat, le CFCM veut réaffirmer son leadership

Personne ne peut ignorer que la question de l’islam fait débat en France, et ce parfois trop passionnément d’ailleurs qu’il en est difficile d’en extraire une conclusion sage, à l’image de l’institution qui nous accueille aujourd’hui, et une feuille de route claire, constructive et surtout partagée par le plus grand nombre. Pour autant, au vu des contextes nationaux et internationaux, ce sujet est depuis quelques années débattu mais, à vrai dire, sans réelles avancées et ce pour plusieurs raisons que je me permets de lister dans les grandes lignes.

La première raison est sans doute que nous définissons ou diagnostiquons mal notre problématique. Aujourd’hui, la gestion du culte est reliée au ministère de l’Intérieur qui gère notamment les questions relatives à la sécurité nationale. Nous faisons donc un raccourci facile, voire dangereux, en voulant traiter la question de l’islam prioritairement sous l’angle de la sécurité.

Or les différents terroristes qui ont commis les horreurs que nous connaissons n’avaient ni une pratique dans une mosquée ni même un bagage théologique. Pourtant, lors des attentats, nous pointons du doigt les mosquées, lieux éventuels de radicalisation selon certains pseudos-spécialistes, sans se poser la véritable question de leurs apports, au contraire, au bénéfice du vivre-ensemble. Pourquoi faire peser une présomption de culpabilité à des acteurs associatifs qui œuvrent bénévolement au quotidien pour le vivre-ensemble ? Pourquoi remettre en cause tout un système qui fonctionne en raison d’individus agissant en solitaire ? Pourquoi les cibler ?

La deuxième raison, et je l’évoquais rapidement plus haut, est que les personnes qui interviennent le plus sur ce sujet souffrent soit d’une incompétence, soit d’un manque d’objectivité, soit d’une absence de légitimité. Nous pouvons entendre par-ci et par-là toujours les mêmes, ceux qui ne connaissent en vérité rien à la réalité du terrain, ceux qui savent bien parler mais qui ne savent pas dialoguer, ou ceux qui ne regardent que par leurs fenêtres et pensent résoudre une complexité.

Nous avons besoin de vrais experts, reconnus effectivement dans leurs domaines, capables de travailler avec des experts d’autres domaines, afin de dresser le bon diagnostic et de proposer de vraies solutions. Faut-il aussi rappeler au passage qu’il ne suffit pas d’avoir des origines musulmanes pour disposer de la légitimité de parler au nom des musulmans ? Faut-il également rappeler que les premiers concernés, les musulmans, sont ceux qui sont consultés en dernier ? Comment envisager dans ce schéma qu’une solution imposée par le haut puisse être accepté par la base ?

La troisième raison est la présence flagrante de deux poids, deux mesures. Comment rassurer nos concitoyens musulmans eu égard à la croissance des actes islamophobes et, pire encore, au silence politique et médiatique autour de ce sujet, devrais-je dire, tabou ? Les musulmanes et les musulmans ont besoin de ressentir par des actes forts leur appartenance à l’histoire de notre pays mais aussi à leurs qualités de co-auteurs quant au destin commun de notre nation. Le degré d’indignation devrait être exactement, ni plus ni moins, le même, quels que soient la religion, la race, les opinions, le sexe, l’origine ou le statut social des victimes. Il me semble que nous nous revendiquons très souvent être le pays des droits de l’homme et que notre devise républicaine traite de ce sujet à deux reprises avec les mots égalité mais aussi fraternité.

La quatrième raison est l’emballement politique et médiatique autour de l’islam. Malheureusement, la tension est telle que le débat est plus passionné que passionnant. Cela empêche de disposer d’une sérénité afin de pouvoir en débattre par le fond et la forme. Pourtant, il s’agit d’un sujet nécessitant de l’apaisement, de l’écoute, du dialogue, de l’empathie, de la pédagogie, de la connaissance. Ce sujet ne devrait pas être un ascenseur politique pour certains comme il ne devrait pas être un instrument permettant à appeler à un repli sur soi. Il ne devrait pas non plus être un objet de buzz pour d’autres. S’il est mal traité, ce débat risque de créer au sein de la communauté nationale des divisions pour lesquelles l’Histoire nous en tiendra responsable.

Enfin, la cinquième et dernière raison est le traitement d’exception que l’on accorde volontiers aux musulmans. Je m’explique. Certains veulent, par exemple, cadrer notre religion alors que cette ingérence est contraire à la laïcité. Dans l’autre sens, ce même principe est utilisé contre les musulmans à tort et à travers, et ce en le dénaturant de son sens alors qu’il doit protéger la pratique du culte. On veut gérer les affaires des musulmans à leur place. Les musulmans n’en font pas la demande. Laissons-les gérer et s’organiser à leurs rythmes. Ils sont suffisamment adultes, matures, républicains, démocrates et des citoyens à part entière pour pouvoir organiser leurs propres avenirs, et ce en conformité avec le cadre qui les entoure.

On les pousse à se prononcer avant telle ou telle date. Les musulmans ont leurs propres échéances et ne sont pas tenus de respecter le calendrier des élections nationales. Parfois, cette construction peut prendre du temps certes. Mais c’est aux musulmans d’entreprendre leurs propres réformes. C’est à eux de décider de l’avenir qu’ils souhaitent donner à tel ou tel sujet, y compris pour le Conseil français du culte musulman. L’islam bénéficie d’un passé d’au moins 14 siècles. J’ai la conviction que les musulmans, certes à leur rythme, trouveront dans leurs passés les clés pour préparer leur avenir. Faisons-leur confiance.

Lire aussi > Assises de l’islam : les musulmans du terrain à l’appel des préfets

La liste des raisons peut être plus longue et, après avoir dit tout cela, il ne me reste plus qu’à dire que nous devons, pour notre part, en qualité de responsables associatifs musulmans, travailler nuit et jour. Nous devons doubler nos efforts pour nous organiser encore plus, pour améliorer notre quotidien et pour développer la qualité de nos actions associatives. Ce n’est pas parce que nous sommes face à des difficultés que nous devons céder.

Chaque instant doit être une chance pour faire mieux au service de notre pays et de nos concitoyens, nul besoin d’avoir un mandat pour cela. Raison pour laquelle, au CFCM qui existe maintenant depuis plus de 15 ans et qui a montré son utilité, nous allons entamer notre propre réforme à notre rythme et en conformité avec nos aspirations sans injonction extérieure. D’ici à la fin de l’année, nous nous mettrons d’accord sur un projet qui se mettra en place au premier semestre 2019 et se déclinera dans les territoires. Puis cela permettra d’embrayer sur les élections qui seront le point de départ du CFCM réformé.

Nous avons déjà d’ailleurs entamé une part importante de cette réforme avec la constitution de notre association cultuelle (l’AFSCM) qui travaillera étroitement avec le CFCM. Elle aura la particularité d’avoir été fondée par les musulmans et pour les musulmans. (...)

Lire aussi > Les fédérations font front commun autour du CFCM pour lancer l’Association pour le financement du culte musulman

Je disais qu’il faut travailler sur la préparation de notre avenir, le colloque d’aujourd’hui s’inscrit également dans cet objectif. Je réitère mes remerciements à chacun et je souhaite qu’il puisse se dérouler dans la sérénité, loin des cinq raisons que j’ai citées plus tôt et qui nous empêchent de travailler. Je suis persuadé que nous partageons tous cet esprit constructif. Je souhaite à tous un bon travail fructueux. Merci.

Lire aussi > Islam de France : Hakim El Karoui promeut la création d'une AMIF contre l'islamisme, le CFCM s'y oppose