Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Ignorer les femmes ou comment détruire la communauté musulmane

Par Fatima Adamou*

Rédigé par Fatima Adamou | Samedi 2 Février 2013



Les ouvrages sur la femme ne manquent pas sur les étagères des boutiques musulmanes ou sur les sites de ventes en ligne.

Ces ouvrages reflètent l’image d’une femme musulmane type : mariée ou sur le point de l’être, elle rêve déjà des enfants qu’elle aura. Des enfants qui seront sans aucun doute obéissants, pieux, sans problèmes.

Cette femme puise de la force dans les récits des figures féminines importantes et marquantes de l’islam. Épanouie ou presque, elle se bat pour le droit de se vêtir comme elle le souhaite.

Hors des boutiques et derrière les écrans, les femmes musulmanes en France sont très diverses : certaines sont nées de parents musulmans, d’autres pas ; certaines sont voilées, d’autres ne le sont pas ; quelques-unes sont influencées par leurs ascendances d’Afrique, d’Asie et d’ailleurs.

Leurs préoccupations sont pareillement diverses : le célibat de longue durée non souhaité et les solutions envisagées comme le choix d’un époux non musulman ; le rôle de mère à assurer et à assumer pleinement ; le désintérêt de leurs ados pour l’islam ; les abus ; les violences ; les divorces ; la stérilité ; la ménopause précoce ; les maladies qui entraînent l’amputation de parties du corps liées à leur féminité. Chacune de ces réalités entraîne un questionnement sur leur foi, leur spiritualité, le sens de l’islam.

Les réponses, les femmes les cherchent dans les livres, des sites Internet… Mais dans les rayons des librairies et les pages Web, ces réalités sont absentes.

Quelques femmes dans la communauté musulmane mondiale traitent, étudient, publient sur les sujets concernant la femme musulmane actuelle. Cependant, pour relayer ces thèmes, les aborder de façon approfondie et apporter des réponses accessibles à tous, la présence de femmes à tous les niveaux décisionnaires de la communauté est indispensable.

Qui mieux qu’une femme pour soumettre une idée de conférence ou de recherche sur l’état de la foi, de la spiritualité face à la stérilité et à la ménopause précoce dans un contexte où la femme musulmane telle qu’elle est présentée aujourd’hui n’est valorisée essentiellement qu’à travers son statut de mère ? Ou bien une conférence sur la foi après une agression sexuelle ?

Toutes les questions qui concernent la femme ne sauraient être soulevées par des hommes seuls et y trouver réponse parmi eux : c’est ignorer des situations auxquelles la communauté est confrontée, comme le taux élevé du célibat, la violence conjugale, la conversion d’une femme à l’islam déjà mariée avec des enfants, le soutien de couples ne pouvant enfanter ou encore la transmission d’une image tronquée du rôle de la femme.

Négliger les préoccupations des musulmanes et les liens spirituels qui leur sont attachés, c’est aussi et surtout détruire à petit feu la future génération de musulmans. Laquelle ne sera pas préparée à affronter les épreuves ni à comprendre leur sens.

Découragement, fatigue spirituelle, diminution de la foi, abandon de la religion vont alors s’ensuivre, puisque l’islam présenté et expliqué de nos jours n’est d’aucune aide face aux adversités du monde actuel.


* Tutrice de français en Grande-Bretagne, Fatima Adamou est également researcher bénévole à l'association Christian Muslim Forum.