Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

GB : les tweets islamophobes lui coûtent sa place au parti conservateur

Rédigé par La Rédaction | Mardi 6 Mai 2014



L'affaire fait les choux gras de la presse britannique. Candidat aux élections européennes pour le parti conservateur (Tory), David Bishop a été contraint, samedi 3 mai, de démissionner et retirer sa candidature après avoir posté des tweets islamophobes et homophobes.

Deux jours avant sa désignation officielle comme candidat à Brentwood South, dans le comté d’Essex (nord-est de Londres), l’homme avait tweeté qu’il est « bon d’être anti-islam ». Il avait également dévoilé son islamophobie en postant des liens vers la vidéo d’un comédien controversé, Pat Condell, qui accuse l’islam de tous les maux, rapporte The Brentwood Gazette. Le mois dernier, David Bishop avait également retweeté un post citant l’arrestation de quatre musulmans dans l’affaire du viol d’une jeune fille qui se terminait par les mots « Islam, "une religion de paix" et de viol ».

Ces tweets rendus publics par la presse ainsi que d’autres à caractère homophobes ont contraint David Bishop à s’expliquer. Il s’est excusé, a annoncé sa démission du parti conservateur et retiré sa candidature pour les élections européennes prévues le 22 mai en Grande-Bretagne. « Je reconnais qu’un homme visant une fonction publique devrait chercher à unir les communautés, non pas les diviser. J’espère que les habitants de Brentwood pourront pardonner mon manque de jugement », a-t-il réagi.

« Je pense que ces tweets sont son opinion mais je ne vais pas ajouter du venin au venin », a commenté Rajack Soobratty, administrateur d’une mosquée de la ville. « Nous pardonnons à cet homme et nous voulons montrer de la compassion pour chacun parce que sinon le monde ne peut pas avancer avec autant d'individus », a-t-il ajouté.

En France, les élus sont bien loin d'adopter cette attitude. Citons dernièrement Claude Goasguen, député-maire de Paris, dont les propos sur les jeunes musulmans « drogués dans les mosquées » n'ont suscité aucune réaction dans la classe politique.

Lire aussi :
Mein Kampf = Coran : un candidat FN affiche son islamophobie
Municipales : « les élus déchus de la République » par le CCIF plébiscités
Islamophobie : Claude Goasguen précise… et confirme
L’islam, « un pays » : la politicienne renonce à sa candidature