Connectez-vous S'inscrire






Religions

Faouzi Skali : « Paradigme de civilisation, le soufisme se réinvente en permanence »

Saphirnews partenaire du 2e Festival soufi de Paris

Rédigé par Clara Murner | Vendredi 30 Novembre 2018

Faouzi Skali est anthropologue, spécialiste du soufisme, fondateur et directeur du Festival de Fès des musiques sacrées du monde et du Festival de Fès de la culture soufie. Très impliqué dans le dialogue et la rencontre des peuples, il considère le riche patrimoine du soufisme comme la matrice culturelle et civilisationnelle de l’islam et de l’humanité tout entière. La « futuwah », ou chevalerie spirituelle, en est une facette éthique qui permet d’améliorer le vivre-ensemble ici et maintenant.



Abdelhafid Benchouk (à g.), cofondateur du Festival soufi de Paris et directeur de la Maison soufie, et Faouzi Skali (à dr.), cofondateur du Festival de Fès des musiques sacrées du monde et du Festival de Fès de la culture soufie, le 28 novembre, lors du lancement de la 2e édition du Festival soufi de Paris « L’Un miroir de l’Autre ».
Abdelhafid Benchouk (à g.), cofondateur du Festival soufi de Paris et directeur de la Maison soufie, et Faouzi Skali (à dr.), cofondateur du Festival de Fès des musiques sacrées du monde et du Festival de Fès de la culture soufie, le 28 novembre, lors du lancement de la 2e édition du Festival soufi de Paris « L’Un miroir de l’Autre ».

Saphirnews : Vous avez créé deux festivals soufis à Fès et vous participez au Festival soufi de Paris. Quel sens donnez-vous à ce concept de festival soufi ? Quel est le rapport avec la grande tradition soufie ?

Faouzi Skali : Le soufisme est une spiritualité vécue au sein des confréries mais, par ailleurs, dans l’ensemble du monde musulman, celles-ci ont produit un patrimoine culturel extrêmement riche et diversifié. Il est curieux que nous n’ayons pas eu l’occasion de l’approcher en tant que tel dans ses œuvres : la poésie, les arts, la musique traditionnelle orale et écrite. On est face à un véritable continent et nous parvenons à la conviction et à la perception que ce patrimoine constitue, en réalité, la matrice culturelle et civilisationnelle de l‘islam.

Il y a beaucoup d’événements culturels dans le monde musulman, il y a des moussems un peu partout. Mais la nouveauté qui se produit à Fès comme à Paris, c’est le fait d’appréhender le soufisme comme patrimoine culturel et spirituel de l’humanité tout entière. Ibn Arabi ou Rûmî, pour ne citer qu’eux, appartiennent à la pensée universelle.


Vous avez traduit le traité sur la futuwah de Sulami, un auteur du XIe siècle. Quel en était le sens à son époque et quelle est l’actualité de cette notion de chevalerie aujourd’hui ?


Faouzi Skali : « Paradigme de civilisation, le soufisme se réinvente en permanence »
Faouzi Skali : La futuwah, ou art chevaleresque soufi, s’est exprimée tout au long de l’Histoire. C’est un ensemble de principes spirituels mis en œuvre dans l’action et la relation au quotidien, plus particulièrement dans les milieux de corporation de métiers dont elle a constitué la charte éthique et spirituelle.

La futuwah est précisément un exemple de la culture du soufisme en tant que patrimoine spirituel et universel. Est-ce que les principes de la futuwah appartiennent au passé ou bien ces principes peuvent-ils être une ressource pour aujourd’ hui ? Pour ma part, je veux faire le lien entre le passé et le présent : les principes du soufisme peuvent apporter un souffle et une âme, notamment à l’entreprise moderne qui en manque.

La futuwah, c’est la spiritualité telle qu’elle s’exprime en relation avec Dieu et dans la relation aux autres. La relation avec Dieu doit s’exprimer au cœur de nos familles, et au sein du milieu professionnel. En arabe, ce sont les mu’amalât, les relations réciproques sociales. Ce type de principes éthiques est bien adapté aux réalités des entreprises : comment se comporter dans le travail avec autrui ? quels sont les buts et objectifs qui nous guident ?… Ainsi, on est relié à la spiritualité à travers le travail.

Comment la chevalerie peut-elle permettre d’améliorer notre vivre-ensemble ? Est-ce un code de belles manières (âdâb) pratiqué dans la vie de tous les jours ? Par qui ? Y a- t-il une chevalerie féminine ?

Faouzi Skali : L’âdâb, c’est la façon dont la vie spirituelle s’incarne dans le comportement extérieur. Cela concerne toutes personnes, hommes ou femmes, engagé.e.s sur une voie spirituelle, qui expriment par conséquent les valeurs de générosité, d’humilité, de considération et de respect aux autres.

Ces belles manières, ou âdâb, émanent du vécu. Et c’est aussi un va-et-vient : si on pratique l’âdâb, il y a des répercussions sur la vie intérieure. Cet aspect du soufisme peut être un approfondissement dans la façon d’améliorer notre comportement.

Il y a des chartes d’éthique en Occident mais qui restent abstraites, qui ne sont pas vécues dans le travail. Ce sont des principes moraux mais les relations professionnelles restent fondées sur l’affirmation de son ego. Cela est contradictoire avec la chevalerie spirituelle. Le fait de se fonder sur le non-ego et sur la place qu’on laisse aux autres crée une atmosphère totalement différente dans le quotidien. Travailler avec l’idée que c’est une forme de prière, une occasion de se transformer, cela change la conception qu’on a du travail, vu non seulement comme moyen de gagner sa vie, mais aussi comme moyen de s’améliorer spirituellement.

Paradigme de civilisation, le soufisme est « fils de son temps ». Il doit s’adapter, se réinventer en permanence. C’est un espace sans limites, un océan sans rivages.

Faouzi Skali, traducteur d’Al Sulami pour l’ouvrage Futuwah, traité de chevalerie soufie (Albin Michel, coll. « Spiritualités vivantes », 1989, nouv. éd. 2000) a donné une conférence « La chevalerie soufie, l’Autre en soi » dans le cadre du 2e Festival soufi de Paris. Ce festival, qui a pour titre « L’Un miroir de l’Autre », se déroule 28 novembre au 17 décembre 2018.