Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

CFCM : une charte halal nécessaire et attendue mais perfectible

Par Florence Bergeaud-Blackler*

Rédigé par Florence Bergeaud-Blackler | Vendredi 28 Janvier 2011



CFCM : une charte halal nécessaire et attendue mais perfectible
Au-delà du débat sur la certification, la polémique qui vient de naître, à la suite de l’annonce de l’UOIF (Union des organisations islamiques de France) de ne pas soutenir charte halal proposée en l’état par le CFCM (Conseil français du culte musulman), révèle le positionnement historique des principales organisations musulmanes de France sur la question du halal, met en lumière les principaux nœuds de fixation du problème et montre enfin le décalage existant entre les préoccupations des musulmans de France et les instances supposées les représenter.

Comme le parodiait un bloggeur du site cfcm.tv, les « cinq piliers du halal business français » repose sur l’Etat, la Grande Mosquée de Paris, la Grande Mosquée d’Evry-Courcouronnes, la Grande Mosquée de Lyon et les industriels.

L’Etat d’abord (et l’Union européenne), qui encadre l’abattage rituel sur la base d’une réglementation mise en place il y a un demi-siècle – et qui n’est plus adaptée à la situation actuelle. Les trois Grandes Mosquées ensuite, à qui le ministère de l’Intérieur a confié le monopole de la « sacrification » depuis les années 1990 (aucune autre mosquée ni institution privée ne peut délivrer de carte de sacrificateur). Enfin, les industriels, qui, profitant du marché anarchique et florissant de la certification, peuvent faire certifier à bons prix leurs produits par des entreprises qui n’ont de halal que le nom.

Jusqu’ici l’action du CFCM pour tenter de réguler le marché halal s’était limitée à la mise en place de commission sur l’abattage rituel et sur la « qualification » halal. Cette commission était surtout chargée d’aider les pouvoirs publics à l’organisation de l’abattage à l’occasion de la fête de l’Aïd el- Kébir et de faire des propositions pour réguler le marché halal ou former des sacrificateurs. Mais elle n’a servi qu’à préparer les chiffres officiels d’abattage de la grande fête pour rassurer le ministère de l’Agriculture et lui donner une caution musulmane auprès de la Commission européenne, qui, depuis 1997, considère les aménagements prévus pour l’Aïd el-Kébir comme des abattages clandestins.

Sous la pression du coming out halal décomplexé des supermarchés, de celle des fidèles horrifiés par l’usage commercial de leur patrimoine religieux, avec l’impulsion d’associations de « consommateurs musulmans », celles d’internautes mécontents qui n’ont que les forums et les blogs pour porter une parole publique, Mohammed Moussaoui, le président du CFCM, s’est finalement résolu à porter le projet de charte. Une charte destinée à mettre un terme aux usages abusifs du halal, mais surtout à donner au CFCM l’autorité, sinon le droit, de contrôler le halal au nom des musulmans de France.

Que l’étourdissement ne soit pas halal est une idée relativement nouvelle

Cette charte qui aborde l’abattage sur le plan théologique et pratique est bien plus détaillée et complète que celle qui fut proposée par la Grande Mosquée de Paris en 1995. Sa maturité est due notamment au rôle qu’ont joué pour la rédiger la Grande Mosquée de Lyon et les signataires de la pétition « halal en danger » (www.halalendanger.com), qui disposent d’un savoir-faire, d’un bon relais sur la Toile, et enfin à un pacte de non-agression tacite avec AVS ((À Votre Service), organisation très crédible sur le marché de la certification qui, sans s’associer à ce projet, l’a certainement inspiré.

La charte pose notamment que tout étourdissement doit être banni sur la chaîne halal. C’est un positionnement auquel s’est ralliée la Grande Mosquée de Lyon il y a quelques années et auquel s’est accrochée in extremis la Grande Mosquée d’Evry − ralliée de dernière minute à la cause du halal sans étourdissement. La charte isole définitivement la Grande Mosquée de Paris, accusée de laxisme et discréditée par le fait qu’elle accepte de certifier halal des animaux étourdis.

Mais cette idée selon laquelle l’étourdissement ne serait pas halal est relativement nouvelle. Les textes religieux ne disent bien évidemment rien sur le sujet. S’agit-il d’une stratégie de différenciation qualitative pour créer une identité halal ? Ce qui est sûr, c’est que l’équation « viande étourdie » (sic) = viande haram (illicite) connaît depuis cinq ans une popularité grandissante et s’impose selon un raccourci saisissant dans plusieurs pays européens. Il suffit de dire aux consommateurs que les animaux sont « électrocutés » pour les dissuader de manger leur viande, comme symétriquement les groupes hostiles à l’abattage rituel tentent de monter leurs ouailles contre les animaux « égorgés en pleine conscience ».

La réalité de l’étourdissement (qui recouvre de nombreuses techniques dont l’efficacité et les effets varient d’une espèce à l’autre), l’histoire de son acceptation est pourtant bien plus complexe et nécessiterait un débat et non une position péremptoire comme celle sur laquelle campent les rédacteurs de la charte. Pourquoi ne pas examiner les fatwas d’Al-Azhar qui acceptent l’étourdissement, les nombreuses études scientifiques sur les différentes techniques d’insensibilisation ? Pourquoi nier les progrès scientifiques en la matière ? Pourquoi ignorer les positions toutes favorables à l’étourdissement des organisations professionnelles vétérinaires et des organisations de protection animale qui ont d’autres intérêts que la rentabilité économique ?

En l’état, la charte n'est ni économiquement ni politiquement réaliste

Une charte crédible devrait être plus souple, plus ouverte aux expertises contradictoires. Car, au fond, il n’est pas absurde de déplorer que les religieux participent à des abattages massifs qui permettent à des familles de manger de la viande tous les jours à bon prix et qu’ils ne mènent aucune réflexion appliquée sérieuse sur les moyens de réduire leur souffrance dans des conditions industrielles. Il ne suffit plus de clamer que la religion est bienveillante à l’égard des animaux, il faut le prouver et dans des conditions réelles sans crier à l’islamophobie devant la moindre contradiction.

Cette charte est nécessaire. Elle a d’ailleurs bien des qualités, notamment d’être techniquement bien étudiée, c’est une première ébauche encourageante. Mais elle n’est, en l’état, ni économiquement ni politiquement réaliste. Son intransigeance vis-à-vis de l’étourdissement ne tient pas en compte les progrès techniques, des conséquences économiques, des souffrances animales dans un contexte de production massive, où la protection animale n’est plus assurée correctement par la puissance publique. Il vaudrait mieux, à mon avis, laisser cette question à l’appréciation de ce Comité national de la charte halal du CFCM (CNCH), que la charte propose de mettre en place.

L’autre faiblesse de la charte réside dans l’absence de remise en question du monopole accordé aux trois mosquées. On ne peut pas à la fois vouloir une refonte totale du système et fonctionner avec des agréments dont les motivations et les conséquences restent troubles. Une charte qui ne casse pas le monopole de l’habilitation des sacrificateurs a, selon moi, peu de chances d’aboutir.

Enfin, une charte du CFCM risque d’être aussi peu populaire que l’institution elle-même. C’est le pari facile qu’a fait l’UOIF qui, un pied dehors , un pied dedans, continue de jouer les trublions. L’UOIF critique le monopole des trois mosquées : « L’examen du dossier de la norme “halal” doit se faire dans sa globalité en reconsidérant la désignation et la formation des sacrificateurs que seules trois mosquées sont, à ce jour, habilitées à nommer. » Pour Fateh Kimouche, auteur et animateur du blog Al-Kanz et indéfectible pourfendeur des manœuvres sur le halal, l’UOIF demande l’impossible pour tout saboter.

Je crois, pour ma part qu’il n’est pas impossible que le monopole soit levé. A mon sens, la vraie raison de l’absence de soutien de l’UOIF est dans le point suivant : « Le marché du halal en France souffre avant tout de la déficience du contrôle et non de l’absence d’une charte. » Le sens politico-pragmatique des dirigeants de l’UOIF, prudentissimes sur la question du halal depuis des décennies, se découvre là encore.

L’appareil de l’UOIF, notamment depuis ses débuts bordelais, a toujours fonctionné sur un temps long. Rien ne sert de courir, il faut partir à point. Et, pour en avoir l’expérience au Bourget, elle connaît assez bien les ressorts du marketing halal. Un logo CFCM sur une barquette halal revient à faire porter sur le produit toute la suspicion qu’évoque cette institution pour la très grande majorité des musulmans de France. Et, outre ses expériences locales, l’institution a suffisamment de relais en Europe pour savoir que les contrôles sur le marché de la viande sont en voie de privatisation, que les Etats perdent de leur influence. Elle n’a rien à gagner directement de la mise en place d’une charte halal avec des partenaires qui n’ont pas comme elle le sens des affaires sur le marché religieux. Le moment n’est pas favorable donc.

La prise de distance de l’UOIF est un mauvais coup pour la charte du CFCM. Il n’est pas sûr cependant que l’UOIF puisse durablement se contenter de jouer l’inertie et peser de tout son poids sur un système qui n’est plus seulement mobilisé par l’appareil politique. Une fois n’est pas coutume, le CFCM est à l’écoute des fidèles qu’il est supposé représenter. S’alimenter est une préoccupation quotidienne pour une population très majoritairement attachée si ce n’est au halal, au moins au symbole halal (car très peu connaissent ou possèdent les informations pour savoir de quoi il retourne précisément face à une mention halal).

Il suffit de lire les forums, les blogs ou d’assister à des conférences comme celle de l’association Rencontre et Dialogue, le 10 décembre, à Roubaix, pour voir combien la question du droit à la consommation et au contrôle des produits halal est discutée dans les familles et a pris des proportions inégalées. Les musulmans font valoir ici non pas leur droit à la pratique mais leur droit à l’information et à être traités comme des consommateurs comme les autres.

Pour répondre à ces préoccupations légitimes, il reste aux autorités musulmanes de France beaucoup à faire. Des initiatives comme la charte du CFCM sont donc à encourager, mais une tabula rasa est nécessaire pour abolir les privilèges. Il restera alors à convaincre les industriels, mais c’est là un autre débat.



* Florence Bergeaud-Blackler, sociologue et chercheure associée à l’IREMAM (Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman) d’Aix-en-Provence, est co-auteure, avec Bruno Bernard, de Comprendre le halal (Ed. Edipro, 2010). Voir son blog Deux ex Machina (ou les petites fabriques du religieux).