Connectez-vous S'inscrire






Religions

Aïd el-Kébir 2010 : les préfectures sur le qui-vive

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Vendredi 29 Octobre 2010

Les 5 à 6 millions de musulmans de France se préparent à célébrer la traditionnelle fête de l’Aïd el-Kébir, vers le 16 novembre prochain. Les ministères de l’Intérieur et de l’Agriculture ont fait parvenir cette semaine les Instructions à toutes les préfectures pour permettre le bon déroulement de l’Aïd dans tous les départements. Les abattoirs mobiles devraient être davantage mobilisés cette année.



Aïd el-Kébir 2010 : les préfectures sur le qui-vive

Quelque 25 000 musulmans de France s’apprêtent à effectuer leur grand pèlerinage à La Mecque (Hajj) et ne manqueront pas de célébrer l’Aïd el-Kébir (ou Aïd al-Adha) dans les Lieux saints de l’islam.

Pour ceux qui n’ont pas la chance de s’y rendre, il leur reste toute de même à préparer la fête du sacrifice, la plus importante célébration des musulmans avec l’Aïd el-Fitr.

Pour mener à bien cette pratique, le sacrifice rituel du mouton (ou d’un caprin et d’un bovin au choix), qui peut se faire sur une période de trois jours, est nécessaire. Municipalités, préfectures, conseils régionaux du culte musulman (CRCM) et professionnels de l’abattage rituel se préparent d’ores et déjà à faire de cette fête la mieux réussie possible.

La circulaire interministérielle du 26 octobre 2010, publiée conjointement par le ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche et le ministère de l’Intérieur à destination des préfets de région conseille une nouvelle fois d’« associer dans chaque département des représentants des CRCM aux réunions de concertation organisées avec les interlocuteurs habituels des préfectures », désignant de ce fait le CFCM comme l’interlocuteur privilégié avec les pouvoirs publics.

Des abattoirs en nombre insuffisant mais en augmentation

La circulaire rappelle que l’abattage devra être effectué par des sacrificateurs habilités par l’une des trois Grandes Mosquées de Paris, d’Evry-Courcouronnes et de Lyon et dans des abattoirs agréés.

Mais face au nombre croissant d’animaux abattus pendant l’Aïd el-Kébir en France, la direction générale de l’alimentation (DGAL) voudrait − comme les musulmans − voir le nombre d’abattoirs temporaires augmenter pour éviter tout risque d’abattages clandestins. « Le bilan de la fête de l’Aïd-al-Adha de 2009 fait état de nombreuses insuffisances dans les abattoirs temporaires ; ces éléments doivent justifier une délivrance exceptionnelle d’agrément à des structures temporaires », peut-on lire dans la circulaire.

« Dans les zones où la capacité d’abattage est insuffisante, voire nulle, la recherche d’établissements susceptibles de répondre aux demandes devra être systématiquement étendue aux régions mieux pourvues. Il vous est possible également, en l’absence d’abattoir à proximité, et après une analyse précise des besoins locaux, d’envisager l’aménagement d’abattoirs temporaires pour ovins agréés pour la durée de l’Aïd al-Adha », informe le document.

Des dizaines d’abattoirs mobiles et temporaires devraient une nouvelle fois être mobilisés dans les quatre coins de la France pour l’occasion. À la suite de la signature de la convention, en mai dernier, avec le CRCM Île-de-France, le Conseil général de la Seine-Saint-Denis (93) met à disposition un terrain départemental de 25 hectares aux abattoirs mobiles qui voudront bien s’y installer pendant les trois jours de l’Aïd al-Adha.

Mais ne s’installera pas qui veut : c’est le CRCM qui est chargé de trouver le ou les professionnels de l’abattage les plus sérieux de la région. Rien n’a encore filtré pour le moment, mais les 450 000 musulmans du département espèrent bien que le projet devienne réalité cette année.

Des contrôles renforcés

À Marseille, la municipalité remettra à disposition du Comité des chevillards marseillais, seul organisateur de l'Aïd agréé par la préfecture des Bouches-du-Rhône, le terrain situé à Saint Louis.

Ces initiatives restent encore peu nombreuses. Les abattoirs* seront pris d'assaut et, de ce fait, les musulmans devront faire preuve de patience en attendant le deuxième jour pour s'y rendre par exemple. La grande majorité saura être en règle, mais certains n'hésiteront pas à contourner la loi pour célébrer la fête.

Sur ordre des préfectures, les contrôles dans les centres de rassemblement seront renforcés, comme durant les années passées, pendant cette période. Interdit, l’abattage clandestin n’en sera que plus durement réprimé. Selon le bilan officiel de la DGAL de l’Aid al-Adha 2008, 33 sites d’abattages clandestins avaient été découverts dans 19 départements. Les contrevenants peuvent alors écoper jusqu'à 7 500 € d'amende et 6 mois d'emprisonnement. Bien entendu, ils se feraient confisquer l'objet du délit... Un mouton non consommé très cher payé, qui devrait bien dissuader les plus valeureux.

Pourtant, un particulier n'a pas hésité à mettre une annonce proposant, à Rixheim, près de Mulhouse, la réservation de moutons pour l'Aïd sur Leboncoin.fr, le site des petites annonces bien connu des chineurs en quête de bonnes affaires. Les intéressés devraient y réfléchir à deux fois avant d'en commander un...


* Consulter la liste des abattoirs agréés par le ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture, et de la Pêche et du ministère de l'Intérieur.







Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu