Connectez-vous S'inscrire






#1AnAprès

Béatrix Dagras et Haydar Demiryurek : Une meilleure connaissance de l’autre pour lutter contre les préjugés

Rédigé par Béatrix Dagras et Haydar Demiryurek | Samedi 16 Janvier 2016

Un an après les premiers attentats qui ont bouleversé la société française, que faut-il retenir de ces funestes événements et de leurs conséquences ? Quels messages promouvoir et que préconiser pour construire une société meilleure ? Le point sur Saphirnews avec Béatrix Dagras et Haydar Demiryurek, coprésidents du Groupe d’amitié islamo-chrétienne (GAIC).



Béatrix Dagras et Haydar Demiryurek sont coprésidents du Groupe d’amitié islamo-chrétienne (GAIC).
Béatrix Dagras et Haydar Demiryurek sont coprésidents du Groupe d’amitié islamo-chrétienne (GAIC).
Les attentats effroyables que nous avons connus en 2015 ont bouleversé notre société. La
France fut touchée en plein cœur mais s’est très vite relevée par un puissant élan de solidarité et d’unité, marqué par des rassemblements qui ont mobilisé des millions de personnes de toutes origines.

Malgré les condamnations unanimes des acteurs de la société civile musulmane française, une suspicion, voire une accusation de complaisance avec les auteurs des attentats, s’est installée chez certains. Les esprits simples ont vraisemblablement besoin de classifier les personnes selon leur origine et de trouver des boucs émissaires pour appréhender le choc de ces événements. Ne tombons pas dans le piège de la division et continuons à expliquer et à agir.

Contrecarrer les forces emplies de haine

La majorité des terroristes était de nationalité française ou belge : comment ne pas se remettre en question et ne pas chercher où notre société a failli ? Dire « Ce n’est pas ça l’islam » ne saurait suffire. Si nous laissons la suspicion s’installer parmi nous, alors le but recherché par les ennemis de la paix aura été atteint.

Aussi une présence plus effective sur le terrain d’associations prônant la rencontre et l’entreconnaissance des chrétiens et des musulmans engagés dans l’amitié et la solidarité devient-elle d’autant plus nécessaire pour contrecarrer les forces emplies de haine et de préjugés.

Pour cette mission, les musulmans peuvent compter sur leurs frères et sœurs en humanité, croyants ou non, animés par un esprit de justice et de paix, motivés par une volonté sincère d’être à leurs côtés pour plus d’égalité sociale, plus de solidarité fraternelle.

Multiplier les initiatives de paix

Dans cet esprit, le Groupe d’amitié islamo-chrétienne (GAIC), fort de plus de 20 années d’expérience interreligieuse, permet aux membres de la communauté nationale de vivre concrètement ce rapprochement entre musulmans et chrétiens mais aussi athées, agnostiques, croyants d’obédiences diverses, grâce à des rencontres locales, des journées de réflexion, des pèlerinages communs, des visites de lieux de culte. Ainsi, en novembre dernier, il organisait une soixantaine de rencontres dans le cadre la Semaine de rencontre islamo-chrétienne qui en était à sa 15e édition.

Des journées portes ouvertes lors des journées du patrimoine et celles qui ont été organisées les 9 et 10 janvier dernier autour du thé de la fraternité accueillent de plus en plus de visiteurs. « Ensemble avec Marie » sera l’occasion de rassembler chrétiens et musulmans autour d’une figure sainte pour nos deux traditions religieuses, dans cinq villes en France et en Belgique. Toutes ces réalisations sont autant d’initiatives, avec beaucoup d’autres, qui permettront de mieux nous connaître.

Gardons espoir dans la confiance en l’être humain et délivrons à nos jeunes, par tous les moyens dont nous disposons dans nos lieux de culte, nos associations et nos médias, le vrai message de paix des religions.




Loading