Connectez-vous S'inscrire






Politique

Aux vœux du CFCM, Christophe Castaner plaide pour des « représentants puissants » du culte musulman

Rédigé par | Jeudi 24 Janvier 2019

2019 est pour le CFCM une année pleine de défis. L’instance, qui doit urgemment se réformer, a organisé, mercredi 23 janvier, une cérémonie de vœux à la Grande Mosquée de Paris à laquelle s’est joint le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. « Nous avons besoin d'avoir des représentants puissants » du culte musulman, a-t-il fait savoir à cette occasion.



Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a organisé, mercredi 23 janvier, une cérémonie de vœux à la Grande Mosquée de Paris à laquelle s’est joint le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. Assis, de g. à dr. : le président du CFCM Ahmet Ogras, le recteur de la Grande Mosquée de Paris Dalil Boubakeur et le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur Laurent Nunez.
Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a organisé, mercredi 23 janvier, une cérémonie de vœux à la Grande Mosquée de Paris à laquelle s’est joint le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. Assis, de g. à dr. : le président du CFCM Ahmet Ogras, le recteur de la Grande Mosquée de Paris Dalil Boubakeur et le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur Laurent Nunez.
« Vous êtes ici dans la maison de l'islam de France. » C’est par ces mots que Dalil Boubakeur choisit d’accueillir son hôte de marque, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner et son secrétaire d’Etat Laurent Nunez, mercredi 23 janvier, à la Grande Mosquée de Paris, là même où a été inaugurée une exposition sur l’engagement historique des soldats musulmans pour la France.

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) y a organisé une cérémonie de vœux, une première sous cette forme pour l’institution, en présence de nombreuses personnalités à l’instar de l’ex-sénatrice Bariza Khiari et le président de l’Observatoire de la laïcité Jean-Louis Bianco. Les représentants de divers cultes en France n’ont pas non plus manqué ce rendez-vous solennel.

« Œuvrer encore plus efficacement pour servir les musulmans »

« L’année 2018 a été celle de la réflexion, 2019 sera celle de l’action », assure Ahmet Ogras face à l’assemblée. « Nous avons maintenant une nouvelle année devant nous pour persévérer dans nos travaux et aboutir à des résultats concrets », affirme-t-il, rappelant que le premier chantier de l’année – un défi de taille – est celui de la finalisation de la réforme du CFCM et la préparation des élections en juin.

Concernant l’Association pour le financement et le soutien du culte musulman (l’AFSCM), « après cette naissance heureuse, le temps est venu d’organiser son existence ». Et, sur ce point, son instance a bien du pain sur la planche.

« Certains prédisaient la mort du CFCM. Je les rassure si besoin est, le CFCM est non seulement vivant mais continuera d’œuvrer encore plus efficacement pour servir les musulmans », assure-t-il, ajoutant que la présence de Christophe Castaner est « synonyme d’une reconnaissance précieuse de l’Etat quant à la qualité d’interlocuteur institutionnel de notre CFCM ». Une qualité que même ceux qui travaillent actuellement sur le projet d’Association musulmane pour l’islam de France (AMIF) lui reconnaît volontiers… sans le volet financier.

Castaner en quête de « représentants puissants »

Devant une « situation actuelle qui n’est pas suffisante », Christophe Castaner concède « avoir besoin de représentants puissants » du culte musulman, entendant « ne pas faire l'autruche » sur les débats qui le traversent sans pour autant « imposer des solutions » à l’organisation interne de l’islam. « La laïcité, c'est la neutralité mais ce n’est pas le désintérêt », précise-t-il.

C’est aussi le projet de réforme de la loi de 1905 dont les contours ont été récemment exposés aux cultes qui occupe son discours.

Face aux craintes d’ingérence formulées à maintes reprises par le CFCM, Christophe Castaner, qui met un point d’honneur à préciser qu’il est « ministre en charge des relations avec les Cultes » et non « ministre chargé des Cultes », assure, dans la continuité de son discours lors du congrès organisé par l’institution musulmane en décembre 2018, que le projet de réforme de la loi de 1905 ne permettra « aucun traitement différencié, ni traitement de faveur ni stigmatisation. Ce serait une faute et un danger pour avancer et pour ce qui fait la société française ».

Le ministre de l’Intérieur, préoccupé comme le gouvernement par le mouvement des gilets jaunes, ne manque pas d’avoir un mot dessus pour conclure. « Je compte sur vous pour peser sur les débats qui traversent la société française. Le grand débat national s’ouvre, vous y avez toute votre place comme citoyens musulmans, comme citoyens français (...) Emparez-vous aussi de ce débat », plaide Christophe Castaner. « Cette défiance (de l’islam) est un fléau qui divise et contre lequel il faut lutter tous ensemble. (…) La spiritualité se conjugue évidemment avec la citoyenneté (…) et l'islam a toute sa place en France. »

A voir en vidéo : l'appel de Christophe Castaner à la participation des musulmans au grand débat national

Lire aussi :
Vers une renaissance du CFCM
Loi 1905 : en plein chantier sur la réforme, le CFCM reçu à l’Elysée, sorti « rassuré » par Macron
Au congrès du CFCM, les fédérations musulmanes s'efforcent à faire valoir leur légitimité auprès de l'Etat


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur