Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 

 

Points de vue

Antilles : de la carte postale à la carte sociale

« Du soleil, des palmiers, la plage… »

Rédigé par Jean-Claude Tchicaya, sociologue | Lundi 16 Février 2009 à 10:31

           


De fait pour le monde politique, les DOM-TOM semblent « en banlieue » de l’agenda politique, sauf au moment des élections où chacun vient serrer des mains, faire un discours et une petite danse comme une figure imposée avant un retour dans l’hexagone en promettant monts et merveilles alors que rien ne change, ou si peu. Nous ne pouvons plus tolérer cela.

L’enjeu est de taille nationale. Il ne révèle pas seulement les problématiques liées aux DOM-TOM – ce qui serait déjà essentiel en soi - mais celles liées à l’ensemble de la nation car il met en exergue et touche les lignes de fractures et les failles qui structurent notre société dans son ensemble.
Plus de 100000 personnes ont déjà manifesté sur 440000 en Guadeloupe. Toutes les couches sociales sont concernées. La Guyane et la Réunion ont commencé à rejoindre le mouvement de protestation. Que vont-ils devenir, des citoyens « à part entière ou entièrement à part » ?

Ce n’est pas à une position passéiste que nous en appelons, mais à un travail d’histoire qui conduit à réformer et met en œuvre le mouvement réciproque qui seul permettra à notre pays de sortir de l’ornière où il se trouve. Qui permettra aux Antilles d’exploiter à leur juste mesure les potentialités importantes dont elles sont pourvues, et d’aborder pour l’ensemble du pays une mutation radicale qui installe de nouveaux rapports dans une république constitutionnellement indivisible, ce qui lui permettra d’entrer la tête haute dans le XXIème siècle.

Dans cette perspective, la politique pour l’Outre-Mer doit certes tenir compte des difficultés à résoudre, mais aussi des atouts de ces territoires. Que cessent tous les réflexes tutélaires et paternalistes est une condition sine qua non pour prendre à bras le corps les problématiques.

Il faut également favoriser la mobilité sociale outre-mer avec l’hexagone, aujourd’hui presque impossible.

N’oublions pas les enjeux qui se trouvent au verso de la carte postale….c’est aussi important si l’on veut que la carte reste belle et attirante pour le tourisme.

Tous les responsables politiques étaient d’accord, lors de l’élection d’Obama, pour dire que les rapports sociaux doivent changer. Ce qu’il se passe ici et maintenant est l’occasion d’un exercice pratique, au moment où l’effet Obama a achevé de faire se redresser les têtes de ceux qui en avaient besoin. Mesurons donc l’opportunité que nous avons de passer du post-colonialisme à la post-racialité. C’est un vaste chantier, non seulement il en vaut la peine, mais il est une exigence première et doit nous passionner. Cependant les discours ou une euphorie post-atlantique n’y suffiront pas, il faut que l’exercice pratique et réel de ce qui doit être fait aux Antilles vienne prendre au mot les discours politiques.

Les Antilles sont debout, les DOM-TOM sont vent debout, ils nous montrent la direction à suivre. Quelle que soit notre couleur, tous solidaires face à l’inacceptable.

1 2 3