Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Sur le vif

A Liverpool, un effet Mohamed Salah contre l'islamophobie

Rédigé par Lina Farelli | Mercredi 5 Juin 2019



Après la victoire de Liverpool en Ligue des champions samedi 1er juin, Mohamed Salah est encore bien plus adulé par les fans des Reds. Il pourrait même se vanter d’avoir contribué à la baisse de l’islamophobie dans le comté du Merseyside. C’est le résultat d’une étude menée par des chercheurs en sciences politiques de l’université de Stanford publié le 31 mai dernier.

Comment l’attaquant des Reds a contribué à une baisse de l’islamophobie ? Les chercheurs Ala Alrababa’h, William Marble, Salma Mousa et Alexandra Siegel ont diligenté une étude intitulée « L’exposition des célébrités peut-elle réduire les préjugés ? L’effet Mohamed Salah sur les comportements en attitudes islamophobes ».

En préambule de cette recherche, ces auteurs avancent que l’étude a pour but de déterminer si « l’exposition de célébrités à succès appartenant à des groupes stigmatisés peut réduire les préjugés envers ce groupe en général ». Le cas de « la soudaine et phénoménale renommée de la star de Liverpool Salah, un joueur manifestement musulman » a été choisi pour soutenir l’étude.

Depuis l’arrivée de Mohamed Salah dans l’équipe des Reds en 2017, les actes islamophobes ont chuté de 18,9 % dans le Merseyside. Parallèlement, les tweets antimusulmans des supporters sont passés de 7,2 % à 3,4 %.

Selon les chercheurs, ce n’est pas seulement grâce au talent de cet attaquant. « L’étude suggère que ces résultats pourraient être motivés par une familiarité accrue avec l’islam », car Mohamed Salah n’a jamais caché son attachement profond à sa religion.

Ainsi, le talent, l’image et la notoriété de cet attaquant de Liverpool auraient bien contribué à une reconsidération de l’islam par les supporters. Même si la présence de Mohamed Salah n'est évidemment pas le seul facteur explicatif d'une baisse de l'islamophobie dans le Merseyside, les chercheurs de Stanford ont tout de même conclu « qu’une exposition à des modèles positifs peut amener de nouvelles informations qui humaniseraient davantage une communauté dans son ensemble ».

Lire aussi :
Mohamed Salah : qui est ce « roi égyptien » du football que Liverpool adore ?
La Mecque offre un terrain à Mohamed Salah