Connectez-vous S'inscrire

Une soupe populaire pratiquant la discrimination suscite l'émoi à Nice  21/12/2005

Une soupe populaire avec du porc servie aux SDF de Nice par une association d'extrême droite provoque l'émoi du milieu caritatif local, qui dénonce une initiative "discriminatoire", tandis que les pouvoirs publics se disent pour l'instant impuissants.

Depuis trois semaines, chaque mercredi soir, devant l'église Lympia sur le port, une dizaine de militants de l'association Soulidarietà, proche du groupuscule nationaliste Bloc identitaire, distribue aux sans-abri une soupe incorporant du porc, excluant de fait ceux de confession musulmane ou juive.

"Nous tenons à incorporer du lard dans cette soupe populaire parce que nous vivons en France, pays dans lequel le cochon a toujours tenu une place prépondérante dans l'alimentation traditionnelle de ses habitants", explique un tract diffusé par l'association, qui a installé sa camionnette juste à côté d'une soupe diocésaine.

Pour le Dr Noël Ayrault, adjoint au maire de Nice chargé de la santé et de l'action humanitaire, la mairie est impuissante: "Ils ont des comportements discriminatoires et provocateurs mais on attend qu'il y ait une infraction", explique-t-il. Il reconnaît pourtant que l'association n'a pas déposé de demande d'autorisation administrative.

"J'ai dialogué avec eux pour leur dire qu'on doit aider toute personne indigente, quelle que soit sa race ou sa religion", ajoute-t-il.

Pour Bruno Dubouloz, président d'Intersecours Nice, qui regroupe une quarantaine d'associations d'entraide, il s'agit là d'un tri xénophobe inacceptable.

"Comme il y a discrimination et que cela se passe sur un espace public, nous avons saisi l'Etat et la ville de Nice. Il leur appartient de réagir", a-t-il affirmé.

Mais, comme la mairie, la préfecture des Alpes-Maritimes dit ne rien pouvoir faire: "Aucune loi n'interdit de distribuer de l'aide alimentaire aux gens dans le besoin. Nous sommes conscients que la soupe exclut des malheureux pour leur religion. Mais tant qu'il n'y a pas d'obligation pour les SDF de la prendre ni de trouble à l'ordre public, nous ne pouvons pas intervenir", indique-t-on au cabinet du préfet.

"Nous sommes extrêmement vigilants", ajoute-t-on cependant. "Il y a des rondes régulières de la police. Au moindre trouble, nous interviendrions".

Chaque mercredi soir, un cordon de policiers sépare la camionnette de la "soupe au lard" de celles des autres organisations caritatives et de quelques manifestants de gauche situés sur la chaussée d'en face.

"Nous essayons de faire barrage en essayant de distribuer à tout le monde une soupe +universelle+. Les forces de l'ordre sont présentes, sinon ça dégénèrerait certainement", raconte Marilyne Trabucatti, directrice du Secours Populaire de Nice.

Les "identitaires" n'en sont pas à leur coup d'essai. La préfecture de Paris, sur demande du conseil municipal de la capitale, avait interdit en janvier une distribution de "soupe au lard", au motif que le Bloc identitaire ne disposait pas d'autorisation administrative.

Noël Ayrault affirme avoir proposé à la préfecture de porter plainte pour "incitation à la haine raciale" à partir du tract diffusé par l'association Soulidarietà.

Intitulé "Soupe du Port-Soupe au Porc", on peut notamment y lire que si les SDF européens ne vont plus dans les centres d'hébergement, c'est parce qu'ils y subissent "la haine, la violence et le raket (sic) des immigrés!".

Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Sébastien le 25/04/2014 17:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il ne s'agit pas d'un groupe nationaliste mais au contraire d'un groupuscule régionaliste et ouvertement sioniste (Nissa Rebela affilié au Bloc Identitaire lui-même en relation avec les ex trotskystes de Riposte Laïque°.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne sont pas tolérés et seront donc supprimés. Idem pour les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article.