Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 

 


Sur le vif

« Xinjiang Police Files » : l’ampleur de l’oppression contre les Ouïghours en lumière

Rédigé par Lina Farelli | Mercredi 25 Mai 2022 à 12:45

           


« Xinjiang Police Files » : l’ampleur de l’oppression contre les Ouïghours en lumière
Alors que la Haut-Commissaire aux droits de l'Homme de l’ONU Michelle Bachelet est en Chine pour une visite inédite dans la province du Xinjiang, la toute récente fuite de milliers de documents vient étayer encore plus l’ampleur de la répression des Ouïghours par les autorités chinoises.

Quelque 100 000 documents piratés à partir des ordinateurs du Bureau de la sécurité publique chinoise (BSP) de deux districts du Xinjiang où se trouvent des « camps de rééducation » destinés à la minorité ouïghoure au nom de la lutte contre le terrorisme. Dans le flot de documents reçus par le chercheur allemand Adrian Zenz et révélés mardi 24 mai par un consortium de médias internationaux, on y trouve des photos par milliers de prisonniers de tous genres et de tous âges.

Selon Le Monde, « ces documents racontent de l’intérieur l’obsession sécuritaire de Pékin contre cette minorité musulmane, et apportent un éclairage décisif sur le caractère répressif de la "rééducation" des Ouïgours dans les "centres de formation professionnelle" ». « Des familles entières, suspectes par association, sont ainsi internées par le seul fait d’être proches d’un autre détenu, d’un présumé coupable ou d’un condamné, ou en raison d’une "forte atmosphère religieuse familiale" », lit-on notamment.

Pourtant, la Chine continue de nier les accusations la visant, parlant sans cesse de « désinformation ». Elle déclare avoir autorisé la visite de Michelle Bachelet afin « que la vérité soit rétablie et que les rumeurs s’éteignent sans réfutation » selon le ministre des Affaires étrangères Wang Yi. La responsable de l'ONU, qui s'est entretenue avec le président Xi Jinping mercredi 25 mai, n'a pas fait de déclarations officielles à ce stade.

Tandis que les Etats-Unis, qui ont reconnu le caractère génocidaire de la répression subie par les Ouïghours, se sont déclarés consternés par les révélations du « Xinjiang Police Files », les pays musulmans continuent de rester silencieux sur ce dossier, au grand dam des Ouïghours.

Lire aussi :
Au sommet de l’OCI, le silence assourdissant des pays musulmans face à la Chine étrangle les Ouïghours
Pour la fête du Printemps, la culture ouïghoure comme arme de résistance face à la Chine
Génocide en Chine : une victoire des Ouïghours célébrée devant l'Assemblée nationale
Voyage au pays des Ouïghours. De la persécution invisible à l'enfer orwellien, par Sylvie Lasserre
Face à la répression des Ouïghours, boycotter – désinvestir – sanctionner la Chine aussi !
Avec le trafic d’organes « halal » de Ouïghours, « la Chine pratique le banditisme d'Etat »
Rebiya Kadeer, la porte-drapeau des Ouïghours : « Notre indépendance, une vraie question de vie ou de mort »