Connectez-vous S'inscrire






Société

Victoire de la France au Mondial 2018 : les jours d’après

Rédigé par Mohammed Colin | Samedi 21 Juillet 2018



Victoire de la France au Mondial 2018 : les jours d’après
La victoire des Bleus a mis le pays en ébullition de bonheur. Le 15 juillet 2018 restera gravé dans les mémoires… jusqu’au décrochage de la 3e étoile, bien sûr !

Dans ce moment de liesse, les origines culturelles et les milieux sociaux ont été oubliés. On a rejoué le 12 juillet 1998. Une sorte de bégaiement de l’Histoire ? Demeure en effet la même question que 20 ans plus tôt : comment reproduire sur le champ sociétal la même unité salvatrice que sur le terrain de football qui nous a conduits sur le toit du monde ?

Barack Obama, lors de la célébration du centenaire de la naissance de Nelson Mandela, a souligné cette vérité dans son discours : « La diversité permet à une société de puiser dans les talents, l’énergie et la compétence de tout son peuple. Et si vous en doutez, demandez donc à l’équipe de France de football, qui vient de remporter la Coupe du monde. Ces joueurs ne m’ont pas tous l’air d’être des Gaulois… Pourtant, ce sont tous des Français. »

Or, là où l’équipe de France a su puiser les talents dans la diversité, les autres sphères de la société semblent à la peine. Pourtant, la première étoile décrochée en 1998 avait suscité un enthousiasme comme jamais pour intégrer la diversité dans une autre compétition : l’économie. Mais la qualification de Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle de 2002 (réitérée par sa fille Marine en 2017), les révoltes urbaines de 2005 et le débat gouvernemental sur l’identité nationale de 2009 ont, entre autres, successivement mis un terme à ce rêve. Autant dire que la désillusion de ceux qui n’ont pas le talent pour courir sur les stades fut à la hauteur de l’euphorie de 1998.

La communion des corps et des âmes qui a inondé l’espace public à l’issue de la finale France-Croatie est salutaire. Surtout au regard des terribles attentats qui ont éprouvé l’unité de notre pays. Ce bonheur collectif opère telle une catharsis.

Mais le malaise provient quand il s’agit d’entrer dans le champ du politique. Les enfants de la Coupe du monde de 1998 aujourd’hui devenus parents n’attendent plus rien des politiques sur la diversité. Ils craignent que les lendemains du Mondial 2018 ne soient qu’une réplique de ceux de 1998 tant la déconvenue fut sévère. L’aigreur côtoie l’incrédulité.

Pour que l’alchimie entre le sport et le politique puisse opérer, c’est un Nelson Mandela qu’il nous faut.

Lire aussi :
Arbitrage vidéo, échec africain, Mo Salah, Mbappé, Poutine... huit histoires de la Coupe du monde 2018 à retenir
« Victoire de l'Afrique au Mondial » : Trevor Noah répond aux critiques françaises après son sketch (vidéo)
L’équipe de France, reflet d’une diversité qui gagne et qui doit gagner toutes les sphères
Vingt ans après leur sacre, les Bleus remportent la Coupe du monde 2018 !