Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Une militante du niqab condamnée pour violence

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 20 Mars 2013



Kenza Drider a été condamnée par le tribunal correctionnel d'Avignon à trois mois de prison avec sursis pour « violence en raison de la religion », rapporte La Provence lundi 18 mars.

L'Avignonnaise, qui s’est érigée comme une porte-parole des femmes portant le voile intégral (niqab) et qui avait créé le buzz en annonçant sa candidature à la présidentielle de 2012, était poursuivie pour des coups qu’elle avait porté à une femme dans les rues d’Avignon le 19 juin 2012.

Les remarques qu'elle proférait à son mari sur la tenue vestimentaire des femmes que le couple croisait aurait été à l’origine d’une dispute avec cette passante. En se recroisant, les deux femmes en étaient venues aux mains. La passante avait été rouée de coups et s’était fait déchirer la bretelle de sa robe et de son soutien-gorge tandis que le niqab de Mme Drider a été arraché lorsque celle-ci a été repoussée, ont déclaré trois témoins à la barre.

En revanche, Kenza a contesté cette version des faits. C’est l’autre femme, en lui arrachant son voile, qui a déclenché sa colère, raconte-t-elle, en ajoutant ne pas avoir tenus les propos qu'on lui prête. Lors de l’audience, elle explique également avoir fait une concession en enlevant son voile pour entrer au tribunal. Il n'est pas question pour elle de se soumettre à la loi de la République car son niqab est un « choix religieux personnel », assure-t-elle. Ses explications n'ont pas suffi puisqu'elle a été condamnée.

Elle reste déterminée dans sa lutte contre la loi interdisant le voile intégral dans les lieux publics pour laquelle elle avait été la seule femme le portant à avoir été entendue par la mission parlementaire en 2009 avant la mise en place de cette interdiction en avril 2011.

Lire aussi :
Une candidate en niqab à l'Elysée en 2012
Le voile intégral interdit des rues dès lundi
Condamné pour avoir arraché le niqab d’une femme
Loi anti-niqab : 299 femmes verbalisées en un an