Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Un vendredi sans lendemains ?

Rédigé par Hamza Braiki | Vendredi 20 Novembre 2015



Un vendredi sans lendemains ?
Comment reprendre une semaine de façon banale ? Comment rester impassible, silencieux, neutre face à cette tragédie ? Comment rester inattentif, lorsque les projecteurs sont braqués sur toi, sur moi ?

Ce qu’il se passa vendredi soir ne peut rester sans réponse, sans réaction. Une douce soirée d’hiver, au cours de laquelle une sortie resto, concert ou foot fut le choix de ces gens. Mais les bombes et les balles résonnèrent dans Paris, je les entendues en écho dans mon cœur, qui en demeure meurtri.

Ce fut un vendredi sans lendemains, pour des âmes à l’esprit allégé. Un soir de moins à partager rires et souvenirs. Ces personnes, mortes ou choquées en ayant choisi de passer une soirée agréable sont doublement victimes.

Personne ne mérite de mourir violemment. Personne n’a de droit sur la gâchette ou le bouton. Personne ne peut prétendre à la satisfaction divine par la violence aveugle. Inutile de le rappeler. Victimes de la bassesse humaine. Non, ce n’est pas une vision de l’islam car cela reviendrait à implicitement les considérer comme musulmans, ce que nous devons refuser. Victime du retour de bâton d’une politique étrangère instable, indécise.

La communauté bienfaisante et engagée que vous êtes, les musulmans, reconnaissables ou pas, mais à la relation apaisée avec leurs semblables, passionnée avec leur Seigneur sont en mission. Une mission noble et valeureuse qui est appréciée en ces temps de troubles.

Voici quelques pistes :

Renforcez votre relation à Dieu, souvenez-vous de Lui, préparez-vous à Sa rencontre, lisez Sa parole

Renforcez votre lien social, ouvrez-vous à vos collègues, offrez à vos voisins, un café, des croissants, des chocolats, mais surtout des signes de paix et de joie.

Répondez aux médias, soyez réactifs, actifs, et mieux encore, pro-actifs ! Anticipez le regard que l’on portera sur vous. Face à une hostilité évidente, montrez une sympathie perturbante.

Tenez compte de la nature des gens, de leur suspicion, leur peur, leur haine. Gagnez du terrain sur leurs préjugés et leur méfiance. Rassurez, consolez, et armez-vous de patience.

Mesurez vos propos. Franchement, est-ce sensé d’évoquer à chaud un complot ou d’autres victimes ailleurs ? Faites preuve de psychologie et de justesse, la maladresse peut briser des relations.

Musulmans ou non, nous vivrons ensemble sous le même ciel, et pourrions mourir sous les mêmes balles. Pensez-vous que les compagnons seraient restés centrés sur leur situation ? Le Prophète n’a-t-il pas fait du pacte chevaleresque (Hilf al Foudhoul) un pacte de protection civil ? N’a-t-il pas promis au peuple de Médine, toutes religions confondues, une protection complète ? Même si, parfois, c’est dur de subir les railleries, les écarts de langage ou encore la discrimination, soyons reconnaissants envers le peuple de France de nous accueillir et nous élever, sans contrepartie. Aucune loi d’exception ne fut décrétée contre les musulmans, et nombreux sont nos concitoyens, avides de nous connaître réellement.

Alors, offrez votre richesse héritée du Prophète, compassion, amour et bienfaisance.