Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Un allocataire du RSA parti en Syrie radié par Eric Ciotti

Rédigé par La Rédaction | Mardi 4 Novembre 2014



Un allocataire du RSA parti en Syrie radié par Eric Ciotti
Eric Ciotti n'est pas peu fier de son annonce. Un homme « identifié comme étant parti en Syrie pour combattre dans les rangs de l’Etat islamique » ne touchera plus le revenu de solidarité active (RSA) a savoir fait, lundi 3 novembre, le président du conseil général des Alpes-Maritimes sur les réseaux sociaux.

Le RSA de l’homme parti rejoindre les rangs de l’Etat islamique était déjà suspendu depuis le 1er octobre. Il avait quatre mois pour attester de sa présence sur le territoire français en théorie. Mais Eric Ciotti a décidé de passer outre, « au regard des circonstances particulières ». Pour bénéficier du RSA, il faut « résider en France de manière stable et effective », précise le Code de l’action sociale et des familles.

Le député UMP s’appuie par ailleurs sur un arrêt récent du Conseil d’Etat, spécifiant que, pour qu'une résidence soit considérée comme « stable et effective », il faut tenir compte « de toutes circonstances particulières, parmi lesquelles le nombre, les motifs et la durée d'éventuels séjours à l'étranger ».

Le jeune homme radié « est membre d'une famille identifiée comme étant partie combattre dans les rangs de l'Etat islamique avec leurs enfants en Syrie ». « Il s'est inscrit au RSA en mars dernier, à Nice », a précisé Eric Ciotti sur BFMTV. « Je ne saurais concevoir que de l'argent public aille dans les poches de quelqu'un qui nourrit des desseins terroristes contre notre nation, contre ses intérêts vitaux et contre la démocratie, et que cet argent serve à financer le jihad », s’est indigné l’élu UMP.

Il reconnaît que la mesure est plus symbolique que dissuasive, mais il voudrait qu’elle soit généralisée : « Le départ volontaire pour faire le jihad en Syrie constitue clairement pour moi un motif de radiation des droits du RSA. Je souhaite que ces radiations soient généralisées à tous les nouveaux bénéficiaires du RSA qui partiraient à l'étranger faire le jihad ».

Lire aussi :
Six mois de prison pour avoir crié « Vive l’Etat islamique ! »
Des mesures pour freiner les départs au « jihad » en Syrie
Des candidats au « jihad » en Syrie envoyés en prison
Pour financer leur jihad en Syrie, ils braquent un Quick