Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Suède : un ministre et un député de confession musulmane poussés à la démission

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 20 Avril 2016



L'élu écologiste Yasri Khan a invoqué sa foi musulmane pour justifier son refus de serrer la main à une journaliste.
L'élu écologiste Yasri Khan a invoqué sa foi musulmane pour justifier son refus de serrer la main à une journaliste.
Yasri Khan, député Verts en Suède, a annoncé, mercredi 20 avril, qu’il mettait fin à sa carrière politique après la polémique suscité par son refus de serrer à une journaliste. Le trentenaire a expliqué la veille lors d’une interview avec une journaliste de la chaîne TV4 qu’il saluait les femmes en posant sa main droite près du cœur car il trouve « vraiment intime » de leur toucher la main.

« Dans le climat sociétal qui règne aujourd'hui, je me demande si la politique est véritablement faite pour moi et si je veux servir de clown au cirque médiatique », témoigne Yasri Khan dans une tribune sur le site Nyheter24. L’élu, qui n'a pas détaillé les raisons de sa soudaine démission, est par ailleurs secrétaire général de l’organisation Musulmans suédois pour la paix et la justice.

Mehmet Kaplan
Mehmet Kaplan
Cette démission intervient deux jours après celle de Mehmet Kaplan, ministre du Logement, lui aussi membre des Verts. D'abord accusé d'accointances avec des nationalistes turcs d'extrême droite tels que les Loups Gris puis avec l'organisation islamique turque Millî Görüs, l'ancien porte-parole du Conseil des musulmans de Suède a ensuite été attaqué pour « antisémitisme » pour des propos datés de 2009. Dans une vidéo qui a refait surface, celui qui fut député à l'époque faisait part de « ressemblances » entre le traitement des juifs dans l’Allemagne nazie et celui des Palestiniens par Israël.

Le ministre d'origine turque, membre du gouvernement depuis 2014, a estimé qu'il n'était plus capable d'assurer ses responsabilités au regard des trop nombreuses critiques, tout en réfutant catégoriquement les accusations à son encontre. « Je combat activement le racisme, l'islamophobie et l'antisémitisme de toutes les manières possibles. Je rejette toute forme d'extrémisme, qu'il soit nationaliste, religieux ou sous toute autre forme », a-t-il fait savoir.

Lire aussi :
Suisse : des élèves musulmans dispensés de serrer la main de leur enseignante
Suède : troisième attentat contre une mosquée en huit jours
Ramadan sans coucher de soleil : une fatwa pour les musulmans de Suède
Suède : toutes en hijab pour dénoncer les agressions islamophobes