Connectez-vous S'inscrire






Société

Suède : toutes en hijab pour dénoncer les agressions islamophobes

Rédigé par Maria Magassa-Konaté | Mercredi 21 Août 2013

En Suède, l'agression, vendredi 16 août, d'une jeune femme voilée enceinte de six mois, a suscité une vague d'indignation dans tout le pays. A l'appel de militants de droits de l'homme dénonçant cet acte islamophobe, les femmes étaient invitées à publier une photo d'elles en hijab sur les réseaux sociaux. Quelques milliers de personnes ont participé à cette action de solidarité qui continue à prendre de l'ampleur et que l'on aimerait bien voir s'étendre en France, où les agressions de femmes voilées se sont multipliées ces dernières semaines.



Photos postées par des internautes sur le compte Facebook Hijabuppropet.
Photos postées par des internautes sur le compte Facebook Hijabuppropet.
Alors qu'elle regagnait sa voiture dans la soirée du vendredi 16 août à Farsta, dans la banlieue de Stockholm, une jeune Suédoise enceinte et voilée a été violemment prise à partie par un homme. Il lui a arraché son voile et lui a ensuite frappé la tête contre une voiture jusqu’à ce qu’elle perde connaissance.

La victime, qui a porté plainte, a indiqué que son agresseur lui a lancé des paroles racistes et fait référence à son voile islamique, avant de l'attaquer, rapporte l'AFP. Pour l'heure, son agresseur court toujours.

Pour dénoncer cet acte de violence, des militants de droits de l'homme ont lancé un appel pour que femmes musulmanes ou non portent le hijab en public, lundi 19 août, dans une tribune publiée dans le quotidien suédois Aftonbladet.

4 000 photos de solidarité

Cet appel a été rapidement relayé sur les réseaux sociaux grâce, notamment, au hastag #hijabuppropet (Soulèvement pour le hijab). Quelque 4 000 personnes (même des hommes) ont publié une photo d'elles en hijab sur Twitter sur la seule journée de lundi, selon les initiateurs du mouvement . Des élus de gauche et des artistes ont même répondu à l'appel. Une députée du Parti des Verts, Asa Elisabeth Romson, s'est ainsi photographiée voile sur la tête.

Sur Instagram, un peu plus d’une centaine de personnes ont publié une photo les montrant voilées et sur Facebook également des clichés ont été postés. Cet élan de solidarité continue à faire des émules sur les réseaux sociaux. Des internautes du monde entier ont félicité l'initiative, qui a pour objectif de dénoncer l'islamophobie, parfois violente, dont sont de plus en plus victimes les musulmans.

Manifestation jeudi 22 août

Dans leur tribune d'Aftonbladet, les militants déplorent justement qu'en Suède « le nombre d’agressions contre les musulmans est en augmentation et les femmes musulmanes qui portent le foulard sont obligées de le maintenir de plus en plus serré pour ne pas se le faire arracher », traduit Rue 89. « La ministre de la Justice et les autres politiciens doivent agir avec fermeté pour garantir que personne ne sera victime d’agressions physiques ou verbales en raison de sa croyance », réclament-ils.

A la suite de cette opération de contestation réussie, la ministre suédoise de la Justice Beatrice Ask recevait, mardi 20 août, des militants de ce mouvement. « Nous avons essayé d’évoquer l’existence d’une discrimination structurelle (...) mais la ministre a renvoyé (le problème) à un niveau individuel », a déclaré à l'issue de cette rencontre Foujan Rouzbehune, une militante reçue par la ministre. « J’ai aussi rappelé que, sous ce gouvernement, on a l’impression que ce type de crime a augmenté », a-t-elle ajouté.

Une manifestation est prévue pour ce jeudi 22 août, à Stockholm, pour promouvoir le droit des femmes à porter librement le voile en Suède. Les militants demandent la création d’une commission d’enquête sur les violences à l’égard des musulmanes en Suède.

Les femmes, premières victimes de l'islamophobie

Si rien n'est encore gagné dans leur combat, leur initiative vaut la peine d'être prise en exemple par la communauté musulmane de France, où les agressions de femmes voilées ont créé l'émoi ces dernières semaines. L'agression de la jeune Suédoise rappelle d'ailleurs celle d'une femme enceinte à Argenteuil, qui perdit son bébé, quelques jours après avoir été rouée de coups, en juin dernier.

Les femmes musulmanes sont les premières victimes des actes islamophobes, rappelle constamment le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF).

Ici et là, des initiatives pour dénoncer le climat islamophobe, comme celle de ces militants suédois ou celle des responsables d'une mosquée de York en Angleterre qui ont offert thé et gâteaux à des islamophobes venus manifester devant le lieu de culte, sont les bienvenues.

Face à la montée de la xénophobie en Europe, elles ont le mérite de promouvoir le vivre-ensemble.






Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu