Connectez-vous
Islam | Musulman | Toute l’actu sur Saphirnews.com
Facebook
Twitter
Google+
Dailymotion
YouTube
Rss

Société

Racisme et xénophobie explosent dans une Europe en crise

Rédigé par Maria Magassa-Konaté | Mercredi 9 Mai 2012

           

Racisme, discrimination raciale, xénophobie, antisémitisme et intolérance sont de plus en plus courants en Europe. C'est le constat alarmant que fait la Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI) dans son rapport annuel 2011 publié jeudi 3 mai*. Un rapport plus que préoccupant car l'ECRI note que le discours xénophobe est de plus en plus accepté par la société et qu'il est repris par les politiques au pouvoir dans plusieurs pays du continent. Un constat bien illustré par la France marquée par 5 années d'une politique stigmatisant les immigrés et les musulmans et par le record historique de l'extrême droite lors du premier tour de l'élection présidentielle.



Racisme et xénophobie explosent dans une Europe en crise
« Le "modèle du multiculturalisme" est remis en cause et la discrimination dans l’emploi est omniprésente. Le racisme et l'intolérance sont en hausse en Europe aujourd'hui et la tension qui en résulte conduit quelquefois à la violence raciste », peut-on lire dans le rapport de l'ECRI.

Après des travaux menés dans chacun des États membres du Conseil de l'Europe, la Commission européenne contre le racisme et l'intolérance est arrivée à cette conclusion. Elle pointe du doigt des comportements d'intolérance de plus en plus présents sur le continent, qui, en prise à une crise économique, s'en prend aux immigrés et aux musulmans.

Les musulmans : premiers boucs émissaires

Ces comportements s'accompagnent d'un discours xénophobe. L'ECRI affirme que ce discours « s'est généralisé ces dix dernières années », car il est « de plus en plus accepté par la société. ».

Pas de doute, en ce qui concerne la France. En effet, un récent sondage dévoile que 37 % (un chiffre record) des Français les idées du Front national. Marine Le Pen a d'ailleurs obtenu un score historique (17,90 %) lors du premier tour de l'élection présidentielle comme les autres partis d'extrême droite d'Europe qui ont obtenu plus de soutien ces derniers temps. Ils ont remporté « des sièges dans les coalitions gouvernementales et/ou les Parlements de plusieurs pays européens », à l'instar de la Grèce où les néo-nazis y ont fait une entrée historique le 6 mai.

De plus en plus de partis politiques se sont également emparés de ce discours comme s'est amusé à le faire Nicolas Sarkozy lors de la dernière campagne présidentielle. Un discours où « l’immigration rime avec l’insécurité, les migrants en situation irrégulière, les demandeurs d’asile et les réfugiés "volent les emplois" ou risquent de "faire chavirer notre système de protection sociale", tandis que les musulmans "sont incapables de s’intégrer dans les sociétés occidentales" », déplore l'ECRI, qui remarque que les musulmans sont devenus les premiers boucs émissaires. Ils « sont depuis peu au centre du débat xénophobe dans toute l’Europe ».

Ainsi, après Amnesty International, c'est au tour de l'ECRI de dénoncer la discrimination dont sont victimes les femmes musulmanes. Une discrimination que la Commission qualifie de « multiple », car « elles font l'objet de préjugés non seulement en raison de leur religion, mais aussi de leur sexe et très souvent du fait qu’elles sont issues de l’immigration ».

Le discours anti-musulmans est par ailleurs présent sur Internet, la Commission constatant la multiplication des sites Web islamophobes axés sur l’immigration musulmane en Europe.

L'ECRI s'inquiète aussi du sort réservé aux Roms. Dans toute l'Europe, ils restent exposés « à une discrimination généralisée, à l’intolérance et à la stigmatisation, notamment dans le discours public ». Le discours de Grenoble en 2010 du désormais président sortant Nicolas Sarkozy se rappelle à nous.

La Commission nous apprend par ailleurs que l'année 2011 fut marquée par une mauvaise attitude des pays européens après l'afflux de migrants à la suite des Printemps arabes. « Parmi les problèmes recensés figuraient les refoulements rapides de certains arrivants et les mauvaises conditions d’accueil », note-t-elle.

Face à la crise, la diversité est une richesse

C’est la crise qui est derrière la montée des sentiments négatifs à l’égard des minorités. « En raison de débouchés économiques moindres et de coupes dans les programmes sociaux, ces groupes sombrent dans la pauvreté, ce qui alimente des sentiments négatifs qui renforcent la fracture sociale. Les immigrés et certaines minorités historiques sont considérés comme un fardeau pour la société. », explique l’ECRI.

Face à ce constat, elle préconise aux Etats de préserver les institutions de défense des droits de l’homme qui luttent contre le racisme et la discrimination raciale. L’ECRI les appelle « à éviter de réduire leurs moyens et, à long terme, leur indépendance en les assujettissant à des coupes budgétaires impitoyables et à des compressions d'effectif ».

« Les pays européens doivent apprendre à gérer la diversité faute de quoi ils risquent de se priver d’un vivier de talents économiques. », souligne la commission. Pour ce faire, elle encourage chaque pays à véhiculer une image positive d’une société diverse en montrant les avantages qui en découlent et rappelle que les « groupes vulnérables » ont participé à l’enrichissement culturel et au bien-être économique de l’Europe.

Préoccupée par les discriminations dont font l’objet les Roms, l’ECRI a par ailleurs publié une recommandation de politique générale sur la lutte contre l’anti-tsiganisme et les discriminations envers les Roms. Elle demande aux pays d’adopter 90 mesures en faveur des Roms et appelle les médias à éviter tout propos « incendiaires ».

La recommandation de politique générale de l’ECRI prévoyant de lutter contre l'intolérance et les discriminations envers les musulmans remonte à l’an 2000. Elle prouve que la stigmatisation dont sont victimes les musulmans ne date pas d’aujourd’hui. Le dernier rapport concernant plus particulièrement la France et datant de 2010 constatait d’ailleurs « une persistance en France d’attaques verbales ou physiques dirigées contre des personnes musulmanes ou des attaques contre des mosquées et des tombes musulmanes ».

Malheureusement, le rapport annuel 2011 ne montre pas une amélioration de leur situation en Europe, y compris en France, bien au contraire…


Voir le rapport annuel 2011 de la Commission européenne contre le racisme et l'intolérance ici






Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Lili le 12/02/2013 02:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est évident qu'en ayant contraint les gens de souche à co-habiter avec des personnes éprouvant des difficultés d'adaptation à cause de valeurs complètement opposées, il en découlera probablement des guerres civiles qui conduiront à la 3 iem sous peu. Le multi-culturalisme sans égards aux valeurs des personnes et religions est un échec lamentable. Le musulman ce dit victime donc malheureux et le de souche se sent envahi par des dogmes qui ne lui ressemble pas. Certaines cultures n'auraient vraiment pas du être forcées de co-habiter. Le musulman semble vraiment malheureux et ne cesse de le dire, de faire des poursuites pour un mot , pour une idée, tous le monde finalement crie au racisme parce qu,à la base, une société doit arborer des valeurs simmilaires pour bien fonctionner. C'est déjà dur entre personnes de même langue , religion, sexe, alors, croire naivement qu'on peut mélanger tout le monde comme ca sans heurts est une belle utopie gauchiste.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne sont pas tolérés et seront donc supprimés. Idem pour les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article.

Loading



Inscription à la newsletter

En direct de Gaza. Suivez les principaux événements et réactions du jour

Depuis lundi 7 juillet, la bande de Gaza vit sous la peur constante des bombes israéliennes. En plein mois du Ramadan, l'heure est à l'urgence aussi bien humanitaire que politique. Les bilans humain et matériel s’alourdissent d'heure en heure à Gaza. Suivez ici l'évolution des événements à Gaza en temps réel. Retour sur les principaux faits de la semaine.











L'actu vue par Yace