Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Rue89 et RSF piratés, la fronde lancée contre un hacker sioniste

Rédigé par La Rédaction | Lundi 11 Août 2014



Depuis une dizaine de jours, le site d’information Rue89 est victime d’attaques informatiques répétées d’un hacker qui se présente comme un « militant sioniste ». Les attaques ont commencé le 29 juillet, après la publication d’un article de Benoît Le Corre intitulé « Ulcan, le hacker sioniste qui fait tomber les sites pro-palestiniens » .

L’article en question, qualifié de « mensonger » par l’intéressé, répertorie des sites « pro-palestiniens » dont les unes ont été détournées par Grégory Chelli, alias Ulcan_Violvocal sur Twitter, un ancien membre de la Ligue de défense juive (LDJ) qui vit actuellement en Israël et est défavorablement connu des services de police.

Un peu plus d’une heure après sa publication, c’est au tour de Rue89 de subir le courroux du militant sioniste. Le site d’information reste alors inaccessible pendant plusieurs heures. Il subira deux autres attaques le lendemain et sera encore piraté les 5 et 6 août.

Non content de s’en prendre au site où est paru l’article l’incriminant, le hacker a aussi menacé son auteur et sa famille. Le jour de la publication de l’article, il appelle le père du journaliste et lui annonce que son fils est mort. Plus tôt, il avait contacté Benoît Le Corre pour qu’il s’explique sur « son article de fils de pute », selon Arrêt sur images.

Rue89 a déposé deux plaintes contre X lundi 4 et vendredi 8 août auprès du procureur de la République de Paris. Vendredi, le parquet a ouvert une information judiciaire pour accès frauduleux à un système de traitement automatique de données, modification de données et entrave au fonctionnement dudit système.

Une remise en cause de la liberté d’information

En réponse à la plainte de Rue89, Grégory Chelli a fait paraître l'enregistrement sonore des informations du fichier d'antécédent STIC, répertoriant les informations de comptes rendus d’enquêtes effectuées après l’ouverture d’une procédure pénale. lu par un policier au téléphone, concernant Pierre Haski. Ce fichier a été obtenu après que le pirate se soit fait passer pour un policier. Il en a fait de même le 4 août pour l'intellectuel Tariq Ramadan en passant par le commissariat de Villeneuve d’Ascq.

Pour Pierre Haski, le directeur de Rue89, les actes de piratage commis par « Ulcan » sont « une manière violente, même si elle est virtuelle, de museler un média et de tenter d’intimider un journaliste ». L'avocat de Rue89, Me Antoine Comte, enfonce le clou : « Cette censure cybernétique est une attaque contre la liberté de la presse. N'importe quel site peut faire l'objet de ce genre d'attaque si sa ligne éditoriale déplaît. »

L’ensemble des rédactions du groupe Le Monde et Le Nouvel Observateur, dont Rue89 est une filiale, ont fait part de leur « soutien total » et de leur « solidarité » à leur confrère piraté dans un communiqué, dans lequel ils dénoncent par ailleurs des « méthodes inqualifiables » qui « remettent en cause très gravement la liberté d’information. »

« Nous ne cèderons ni à l’intimidation, ni au chantage, ni aux menaces », affirment encore les signataires du communiqué, qui comprennent les directeurs de la rédaction du Courrier International, La Vie, Télérama, Le Monde, du Nouvel Observateur et Rue89. Reporters sans frontières (RSF), qui a dénoncé les attaques du pirate informatique contre Rue89, a également fait part de sa solidarité pour Rue 89. « Les actions de Grégory Chelli, qui visent à intimider un journaliste et à faire taire son média, doivent être fermement condamnées par la justice française », a fait savoir RSF, dont le site a été piraté le 7 août peu de temps après la mise en ligne de leur communiqué. Grégory Chelli, détestant les critiques à son égard, est prêt à tout pour les taire, ne faisant ainsi qu'appuyer les condamnations de ses méthodes aussi frauduleuses que dangereuses.

Mise à jour mardi 12 août : Le compte Twitter du hacker a été suspendu après le signalement de nombreux internautes.

Lire aussi :
La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude
Manif pour Gaza : la LDJ peut-elle tout dire et la presse, tout croire ?
KKL, Magav, LDJ... ces organisations sionistes établies sans gêne à Paris