Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Racisme : un député lauréat d’un Y’a Bon Award convoqué devant la justice

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 22 Août 2013



Le député-maire UMP de Six-Fours (Var) Jean-Sébastien Vialatte est convoqué pour une assignation devant la 17e chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris, le 2 septembre. L’homme est poursuivi par le Collectifdom, un collectif de Français originaires d’Outre-Mer, pour ses propos tenus sur Twitter, le 13 mai dernier.

« Les casseurs sont sûrement des descendants d’esclaves ils ont des excuses #Taubira va leur donner des compensations », avait-il twitté après des violences commises au Trocadéro, à Paris à la suite du sacre du PSG au championnat de France.

Ses propos avaient suscité l’indignation. Le PS avait demandé à l'UMP de prononcer une « sanction sévère » contre Jean-Sébastien Vialatte. Le président de l'UMP, Jean-François Copé, avait pour sa part condamné ces propos. Face à ce tollé, le député avait immédiatement retiré son tweet et s’était excusé, concédant avoir « écrit une bêtise ».
Racisme : un député lauréat d’un Y’a Bon Award convoqué devant la justice

Mais le mal était fait. La Fondation du mémorial de la traite des Noirs, basée à Bordeaux, avait alors décidé de porter plainte contre le député pour « incitation à la haine et à la discrimination raciale ». Mais l’association avait ensuite retiré sa plainte après avoir signé un projet de protocole de médiation avec M. Vialatte, dans lequel il prenait plusieurs engagements sur le devoir de mémoire et la lutte contre le racisme.

Finalement, il n’échappera pas à la justice car le Collectifdom a décidé de le poursuivre à son tour pour ces propos nauséabonds. Des propos qui lui avaient valu de remporter, lors de la dernière cérémonie des Y’a Bon Awards, récompensant les pires déclarations racistes de l’année, le prix « Au bon vieux temps des colonies ».

Lire aussi :
Malika Salim enflamme Twitter avec ses « Bamako-sur-Seine » et « Ghaza-sur-Marne »
Un élu UMP agacé par les pubs sur le Ramadan
Estrosi dérape sur l’islam, incompatible avec la démocratie
Copé : à cause du Ramadan, plus de pains au chocolat dans les quartiers