Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Puant et sale, ce liquide qu'Israël asperge contre les Palestiniens

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 30 Juillet 2014



Israël ne manque pas d’imagination dès qu’il s’agit de s’en prendre aux Palestiniens. Tandis que les Palestiniens de Gaza font face à de redoutables bombes à fléchettes, un obus d'où peuvent sortir des milliers de clous, ceux de Cisjordanie font face à la « dirty water », ou « eau sale ».

Depuis trois semaines, la police israélienne utilise une méthode peu connue pour empêcher les Palestiniens de Jérusalem-Est de manifester contre les événements de Gaza. Elle asperge sur les manifestants un « mystérieux liquide pestilentiel », rapporte Le Monde. Si cette arme n'est absolument pas nouvelle pour les protestataires, l'objectif supposé est le même : cloîtrer les manifestants chez eux.

Personne ne sait ce que contient ce liquide blanc, la police israélienne n’a rien voulu révéler. Mais son odeur « agresse les narines », et « elle colle aux vêtements et à la peau ». « Impossible de s’en débarrasser pendant deux ou trois jours », précise le quotidien. Pour les musulmans qui font leurs prières, c'est double peine, l'obligation étant d'être propre pour pouvoir l'effectuer.

Le liquide est projeté depuis un camion blanc sur les manifestants mais aussi sur tout ce qui les entoure, façades des maisons et des immeubles, fenêtres, trottoirs, arbustes… Pire encore, la dirty water « pénètre dans les habitations, s'incruste dans les rideaux, les tapis, les coussins, et rend la vie des Palestiniens encore plus insupportable. Encore plus humiliante aussi », les Palestiniens de Jérusalem-Est se sentant considérés comme des « rats » que l’on traiterait avec des insecticides. Les Israéliens ne reculent devant rien pour faire reculer les Palestiniens. Mais déterminés, ils continuent de manifester régulièrement contre l'oppression israélienne.

En direct de Gaza. Suivez les principaux événements et réactions du jour

Lire aussi:
Manif pour Gaza : des milliers à Paris, des gardes à vue recensées
De Paris à Gaza, Israël conspué par des milliers de manifestants