Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 







Société

« Plus d’enfants juifs dans les écoles du 9-3 » dû à un « antisémitisme musulman » : la FCPE hausse le ton

Rédigé par Lina Farelli | Jeudi 21 Février 2019



« Plus d’enfants juifs dans les écoles du 9-3 » dû à un « antisémitisme musulman » : la FCPE hausse le ton
La Fédération des conseils des parents d’élèves (FCPE) hausse le ton après les propos mensongers portés, entre autres, par le député Éric Ciotti et le polémiste Éric Zemmour selon lesquels il n’y aurait plus d’enfants juifs scolarisés dans les écoles publiques de Seine-Saint-Denis.

Le co-président de la FCPE Rodrigo Arenas dément cette infox, déclarant à Regards, que la fédération envisage de porter plainte contre Eric Ciotti pour « incitation à la haine raciale » et « injure ».

« Il y a des enfants juifs scolarisés dans les écoles publiques de Seine-Saint-Denis. Ceux qui disent le contraire mentent », déclare-t-il. Tout en soulignant qu’il existe bien « une recrudescence d’enfants scolarisés dans le privé » à l’échelle nationale à cause de la « perte de confiance » entre l’école de la République et les parents, ce responsable du FCPE dénonce le « pot pourri » des identitaires qui lient les enfants musulmans et les actes – réels – antisémites pour établir « le rapport de causalité entre l’augmentation de la fréquentation des écoles juives dans le 93 – et c’est aussi le cas ailleurs – et le fait qu’il n’y aurait plus d’enfants juifs dans les écoles publiques ».

Si de plus en plus de parents juifs préfèrent envoyer leurs enfants dans les écoles privées confessionnelles depuis les attentats de Toulouse en 2012 et de Paris en 2015, Rodrigo Arenas rappelle qu’il appartient à l’État de rassurer les parents et « de protéger les enfants, dans n’importe quelle école, qu’on soit en Seine-Saint-Denis ou ailleurs ».

Attribuer l'antisémitisme aux musulmans, un « amalgame irresponsable »

Rodrigo Arenas ne trouve « pas surprenant » que cet élu « utilise les musulmans pour justifier tous les maux de la République ». Ce qu’il n’accepte pas, en revanche, c’est qu’il a tenté « d’instrumentaliser les écoles » et « d’assimiler les enfants à des conflits d’adultes qui ne les concernent pas ».

Aussi, « ce qui est insupportable, c’est que cela oblige des parents d’élèves à sortir de leur intimité en rendant publique leur religion, c’est contraire au laïcisme de la FCPE », a-t-il renchéri au Monde dénonçant au passage un « amalgame irresponsable » qui vise à attribuer la faute de l'antisémitisme aux seuls musulmans.

Pour Rodrigo Arenas, « tous les enfants musulmans ne sont pas anti-Israël. De plus, dire que les maux d’une communauté sont le fait d’une autre communauté, c’est contraire à l’esprit républicain. L’antisémitisme est plus profond dans notre société. C’est quelque chose que, culturellement, la France n’a pas dépassé. Il y a une forme de déni. »

Lire aussi :
Non, l’antisémitisme n'a rien à voir avec l’islam : refusons les instrumentalisations de toutes parts

Et aussi :
Au dîner du CRIF, Macron en marche pour intégrer l’antisionisme dans la définition de l’antisémitisme