Connectez-vous S'inscrire






Juifs et musulmans

Nasr Eddin Hodja : le fou qui était si sage

Rédigé par Marie Besse | Lundi 18 Décembre 2017

Un idiot plein de sagesse. C'est ainsi qu’est décrit le personnage mythique de Nasr Eddin Hodja, figure emblématique de la culture musulmane, connu également sous le nom de Hershele Ostropoller chez les juifs.



Illustration « Nasreddine Hodja ». (photo © Marjorie Vial)
Illustration « Nasreddine Hodja ». (photo © Marjorie Vial)
Sa renommée s’étend du monde arabe aux pays balkaniques, en passant par l’Asie mineure et centrale. Ukrainien, Mongol, Albanais, ou encore Algérien, Nasr Eddin Hodja est un personnage d’origine turque, qui aurait vécu entre 1209 et 1284 à Ashkéhir, district de la province de Konya. Depuis des siècles il fait rire le monde turc, arabe et persan avec ses histoires loufoques, absurdes, parfois coquines, mais toujours morales.

Les juifs l’ont baptisé Hershele Ostropoller, personnage représenté essentiellement par des contes oraux ou sous forme de spectacle vivant. La renommée de ce personnage est telle, que l'Unesco a déclaré l'année 1996 comme « année Nasr Eddin Hodja », l’inscrivant dans le patrimoine culturel immatériel, pour récompenser la spiritualité religieuse et universelle de ce personnage haut en couleurs.

Il est devenu un outil pédagogique à part entière, ses histoires étant racontées dans les écoles en Turquie et au Maghreb.

Nasr Eddin Hodja sous toutes ses formes


Extrait de la BD « Où vas-tu Nasreddine ? » de Patrice Zeltne. (photo © D. R.)
Extrait de la BD « Où vas-tu Nasreddine ? » de Patrice Zeltne. (photo © D. R.)
Son turban, symbole d’autorité morale, est d’une taille démesurée et c’est à contresens qu’il chevauche sa monture, un âne. On le retrouve dans des bandes dessinées, des films d'animation ou encore des recueils de contes pour enfants et adultes, encore publiés aujourd’hui.

Des auteurs comme Pénélope Paicheler, Les Fabuleuses Aventures de Nasr Eddin Hodja (Éd. de l’An 2, 2006), et Patrice Zeltner, Où vas-tu Nasreddine ? (Éd. Favre, 2009), s’en sont inspirés pour raconter les histoires du « sage fou » à travers les bandes dessinées.

Les histoires de Nasr Eddin ont généralement la même structure, en trois parties, comme le décrit l’auteur Jean-Louis Maunoury dans le recueil Sublimes Paroles et Idioties de Nasr Eddin Hodja (Éd. Phébus Libretto, 1990 ; nouv. éd. 2017 sous le titre Les Sages Inepties de Nasr Eddin Hodja, éd. Albin Michel). « D'abord, exposition très brève d'une situation initiale, presque toujours solidement plantée dans la réalité la plus quotidienne, parfois la plus triviale ; puis confrontation du Hodja avec un ou plusieurs interlocuteurs, qui aboutit à une situation de conflit ou de déséquilibre, même quand cet adversaire n’est autre que lui-même ! »