Connectez-vous S'inscrire






Juifs et musulmans

Kamel Zouaoui : « Au-delà des religions, Nasr Eddin Hodja délivre un message de paix et d’unité »

Trois questions à Kamel Zouaoui, le conteur qui murmurait à l'oreille du Hodja

Rédigé par Marie Besse | Mardi 19 Décembre 2017

Kamel Zouaoui est conteur et comédien. En 2008, il découvre Nasr Eddin Hodja par un recueil de contes et s’imprègne peu à peu du personnage, jusqu’à lui consacrer dix ans de sa vie. Ses trois spectacles « Les Pas sages d’un fou », « N’est pas fou qui veut » et « Moi sage ? T’es fou ! » ont été joués plus de 930 fois en France et à l’étranger.



Le conteur Kamel Zouaoui interprète son personnage fétiche Nasredine Le Hodja. Connu pour ses facéties et son irrévérence, Nasredine (Nasr Eddin Hodja) est également appelé sous le nom de Shah, Goha, Joha ou encore Jeeha et aurait vécu au XIIIe siècle. (photo D. R.)
Le conteur Kamel Zouaoui interprète son personnage fétiche Nasredine Le Hodja. Connu pour ses facéties et son irrévérence, Nasredine (Nasr Eddin Hodja) est également appelé sous le nom de Shah, Goha, Joha ou encore Jeeha et aurait vécu au XIIIe siècle. (photo D. R.)

Saphirnews : Nasr Eddin Hodja a inspiré de nombreux artistes. Qu’est-ce qui le rend unique ?

Kamel Zouaoui : La plus grande force de ce personnage, c’est son universalité. Il va au-delà de l’islam et de toutes les religions en général. Le message qu’il délivre est un message de paix et d’unité entre chaque individu, peu importe les cultures. Il faut le voir au-delà de son aspect humoristique : Nasr Eddin Hodja est un fou, mais c’est aussi un sage. Ses histoires sont imprégnées de notre quotidien et elles font office de nourriture pour notre esprit, quelles que soient nos origines.


Nasr Eddin Hodja, Cha’ha, Afandi... Son nom diffère selon les pays. D’où vient-il réellement ?

Kamel Zouaoui : J’ai étudié ce personnage pendant de nombreuses années et je suis persuadé qu’il a bel et bien existé, sous un autre nom : Jalâl ad-Dîn Rûmî, dit El Rumi, grand poète persan né en 1207. Je pense que les deux hommes ne font qu’un, bien que l’on connaisse surtout El Rumi pour son enseignement spirituel, notamment le soufisme. Ces grands personnages avaient un objectif commun, à savoir la réflexion par le rire et la méditation.

Comment réagit votre public à la découverte de ce personnage ?

Kamel Zouaoui : Ce qui me marque le plus quand je joue mes spectacles, c’est cette lueur de l’enfance qui resurgit chez les adultes, surtout lorsque je joue au Maghreb. En Corse, les spectateurs m’ont appris qu’ils avaient leur propre Nasreddine, connu sous le nom de Grossu Minutu. En Espagne, il s’agit de Pedro Ramirez. Nasr Eddin Hodja a suivi le flux des immigrations depuis des siècles et chaque population se l’approprie pour transmettre la même sagesse en se l’appropriant. Nous ne sommes finalement que d’un seul monde…


*****
En partenariat avec le Centre de formation et de perfectionnement des journalistes (CFPJ).