Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

« Musulman marié à une Française » : David Pugadas poussé à s'excuser (vidéo)

Rédigé par Christelle Gence | Vendredi 23 Janvier 2015



« Musulman marié à une Française » : David Pugadas poussé à s'excuser (vidéo)
Le poids des mots, le choc du direct. Lors de l’émission Des paroles et des actes diffusée jeudi 22 janvier sur France 2, David Pugadas a été contraint de reconnaître son erreur commise au JT de 20 heures, quelques jours plus tôt, en enfermant un Français dans sa seule identité musulmane.

Le 13 janvier dernier, en pleine vague d’actes anti-musulmans consécutifs aux attaques terroristes, David Pugadas présente Hassan Agraou, un médecin urgentiste qui venait de trouver une oreille de cochon dans son jardin, comme un « musulman marié à une Française », sous-entendant que les deux termes seraient antinomiques.

A la fin de son intervention, Najoua Arduini-ElAtfani, la présidente du Club du 21e siècle, a interpelé le journaliste sur les mots qu’il a employé 10 jours auparavant, insistant sur leur importance. « C'est dramatique Monsieur Pujadas. Ce n'est pas un musulman marié à une Française, c'est un Français musulman marié à une Française qui n'est peut-être pas musulmane ou qui est peut-être catholique. Mais le poids des mots est très important », insiste Najoua Arduini-ElAtfani.

« Quand j'entends "musulman de France"... je ne suis pas "musulmane de France" mais citoyenne française. De confession musulmane soit, mais d'abord citoyenne française », lance-t-elle. « Ne nous appelez pas "les musulmans de France" », lance-t-elle au journaliste. « Dont acte » concède David Pugadas. « C'était une Française catholique. Merci de l'attention précise aux mots. Vous avez raison, ils comptent beaucoup. Et ce n'était pas très heureux », a-t-il reconnu.

Avant elle, Hassan Agraou avait lui-même repris le présentateur du 20 heures, soulignant qu’il est Français et musulman. « Je suis Français et fier de l'être. Et malgré ce qu'il s'est passé, je reste toujours Français et je reste toujours musulman (...) Vive la République, vive la France », avait dit le médecin urgentiste.