Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Le gouvernement indien craint les violences interconfessionnelles

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 30 Septembre 2010



Dans le nord de l’Inde, un site sacré, qui abrite les ruines d'une mosquée construite au 16e siècle et des temples hindous, fait l'objet d'une violente dispute entre musulmans et hindous.

Après des années de procédures, la Haute Cour de l'État de l'Uttar Pradesh, a décidé, jeudi 30 septembre, que le site religieux de la ville d'Ayodhya serait divisé en trois parties : l'une pour les musulmans, les deux autres pour les hindous. Le processus de division ne commencera que dans trois mois mais cette décision ne satisfait aucune des deux parties qui ont annoncé qu’ils feront appel auprès de la Cour suprême.

Par crainte que le verdict du tribunal ne déclenche de nouvelles violences interconfessionnelles, le gouvernement indien a dépêché près de 200 000 policiers et soldats dans l’Uttar Pradesh, l'Etat le plus peuplé de l'Inde. Plusieurs sites jugés sensibles sont aussi en état d’alerte.

Selon les nationalistes hindous, la mosquée Babri, construite en 1528 par l'empereur moghol Babar, serait située sur les lieux de la naissance de leur dieu Rama. En 1859, les Britanniques avaient divisé le site pour permettre aux deux communautés d'y avoir leur lieu de culte.

Mais les tensions sont demeurées et le site a été l'objet de multiples violences religieuses au cours de l'histoire du pays notamment en 1992, lorsque des extrémistes hindous ont détruit la mosquée Babri, causant la mort de plus de 2000 personnes, en majorité de confession musulmane.

Lire aussi :
My Name is Khan, la résilience post-traumatique du 11-Septembre
Inde : élections sous haute tension
Inde: le discours anti-musulman du petit-fils d'Indira Gandhi suscite un tollé





Loading