Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Points de vue

La planète a besoin de nos engagements, pas de notre charité

Tous contre la délinquance environnementale planétaire

Rédigé par Chems-Eddine Hafiz | Vendredi 11 Novembre 2022 à 08:00

           

La menace que fait peser le changement climatique sur notre planète ne cesse de grandir. Elle impose à tous de relever les manches A l’heure de la COP 27, le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Chems-Eddine Hafiz appelle ici tout à chacun à lutter « contre la délinquance environnementale planétaire ».



Sur les rives du Nil naquit l’une des plus grandes civilisations humaines qui n’a pas fini de nous émerveiller. Les croyances de l’Égypte ancienne faisaient du Nil la source divine de toute vie. S’ils élèvent désormais leurs prières vers le Dieu unique, les hommes et les femmes, continuant à vivre au rythme des crues du plus grand fleuve d’Afrique, ont préservé cette conscience primordiale : la terre entière est un don de Dieu.

L’Égypte d'aujourd'hui accueille une réunion cruciale pour l'avenir de la planète. C’est un rendez-vous inclus dans un parcours planétaire et une course contre le changement climatique. La 27e Conférence des Parties sur le changement climatique de l’ONU, qui a lieu en ce moment à Charm el-Cheikh, nous impose un rappel important.

Les croyants en général et les musulmans en particulier doivent faire entendre leur voix et s’engager concrètement dans ce mouvement mondial pour sauver la vie sur terre. L'écologie est à présent intégrée dans la doctrine de l'Église catholique. Elle doit s’imposer aux organisations musulmanes et aux penseurs contemporains de l’islam. Elle représente déjà un sujet existentiel pour des millions de musulmans de diverses régions du monde en prises avec des problèmes environnementaux majeurs.

Une éthique islamique en parfaite adéquation avec l’éthique environnementale

Tout est déjà écrit dans le Coran : la lutte contre le gâchis, le refus de la pollution et l’action pour un environnement sain. Ces préceptes découlent d’un principe islamique fondamental : le respect de la vie. Les textes scripturaires de l’islam enseignent le respect de la nature en la considérant comme un ensemble aussi merveilleux que fragile, et en lui associant fréquemment des mots et des idées telles que l’harmonie, l’équilibre, la mesure. « C’est Lui qui vous a assigné la terre comme berceau » dit le Coran, « et vous y a tracé des chemins et qui fait tomber une eau du ciel avec laquelle Nous faisons germer des couples de plantes de toutes sortes » (Sourate Ta-Ha, verset 53).

L’islam nous incite à faire de notre environnement un paradis sur terre. Cette incitation n’est rien de moins qu’une responsabilité : l’Humanité est dépositaire de la Création. Chaque musulman doit agir en conséquence. La propreté, l’hygiène de vie, ont par exemple une place prépondérante dans son quotidien individuel comme dans la collectivité. Il existe une éthique islamique en parfaite adéquation avec l’éthique environnementale. Être musulman n’est alors qu’un avantage pour être un habitant respectueux de l’environnement et un citoyen localement engagé à sa protection.

Soulager notre terre est un devoir collectif qui implique toutes les croyances

La planète a besoin de notre engagement et les spiritualités peuvent nous aider à distinguer et à réduire les angles morts de la modernité. Certes, nos prouesses technologiques sont impressionnantes. Nous réalisons chaque jour davantage d’exploits. Au nom du progrès, nous avons pourtant oublié l’essentiel : la planète elle-même. Nos intenses compétitions économiques ont conduit les plus performants d’entre nous et les plus actifs à devenir les fossoyeurs de la vie saine. Nous avons abîmé la vie sur terre. Combien de temps allons-nous continuer à lui infliger cette grande souffrance ?

Nous parlons désormais de délinquance environnementale pour signifier que chaque geste pèse sur la balance de la sauvegarde. Passer de l’agressivité à la bienveillance environnementale nécessite des actes et des moyens. Toute seconde et tout centime dépensés pour le triomphe de la vie sur terre est un pas vers le bon sens et l’esprit de la création. Il ne s’agit ni de charité, ni d’œuvres surérogatoires. C’est un devoir. Soulager notre terre est un devoir collectif qui implique toutes les croyances. Et les pseudo-croyances qui contreviennent à cette mission relèvent de l’inacceptable préjudice qu’il faut dénoncer.

*****
Chems-Eddine Hafiz est recteur de la Grande Mosquée de Paris.

Lire aussi :
Avant la COP 27, des prêches verts pour sensibiliser les musulmans aux défis du changement climatique
Face au défi écologique, engageons-nous comme musulmans !
Après la COP26, une occasion ratée pour la planète, faire de 2022 une année du sursaut climatique
Pas de conscience religieuse sans conscience écologique !
Contre la négligence face au défi climatique, un appel au jihad écologique