Connectez-vous S'inscrire






Grâce à nos différences

La fraternité n’est pas un poisson d’avril

Rédigé par | Mercredi 3 Avril 2019



La fraternité n’est pas un poisson d’avril
Le Saint-Siège déplacé à Avignon ; Greta Thunberg cessant son combat contre le changement climatique après avoir convaincu les chefs d’État du monde entier ; la police nationale recrutant des lapins renifleurs ; le Tour de France exclusivement en Belgique ; la NASA sortant un rapport sur la première espèce – l’humanité - acceptant de s’auto-détruire ; la gendarmerie de Savoie ayant enfin trouvé la recette du reblochon après d’inlassables recherches et investigations ; des marins-pompiers cherchant la sardine géante bloquant le vieux port de Marseille ; ou encore des anciens de conseillers de Macron associant le capitalisme au progrès... Ah non, pardon, le dernier, ce n'était pas une blague.

Bref. Le Pape François et le roi du Maroc Mohammed VI sont passés de justesse sur le devant la scène, bien avant les trombes de poissons d’avril de ce lundi. Car oui, la fraternité à laquelle les deux souverains nous invitent est loin d’être une blague !

Il est vrai, et c’est important de le rappeler, jamais l’Humanité n’a aussi peu tué qu’en ce moment. Que ce soit en valeur absolue ou en valeur relative avec l’augmentation de la population mondiale, il n’y a jamais eu aussi peu d’homicides. Le total des crimes des conflits, guerres, épurations ou massacres n’a jamais fait aussi peu de morts qu’en ce début de XXIe siècle.

Il nous faut élargir le spectre de considération de cette fraternité

L’Union européenne, l’ONU, le développement et l’éducation semblent en être les premières raisons. Mais préparer et construire la fraternité, ce n’est pas simplement éviter le pire et empêcher à l’humanité de s’auto-détruire !

C’est aussi rendre durable, soutenable et concrète une paix que chacune et chacun pourrait s’approprier dans toutes les relations humaines qu’il entretiendra au cours de sa vie. On estime que chacune et chacun va croiser ou rencontrer environ 100 000 personnes dans son existence, de votre baguette à la boulangerie, jusqu’à vos meilleurs amis. Quelle trace, quels souvenirs, quel lien laissons-nous avec chacune de ces rencontres ?

Si l’islam comme le christianisme appellent tous les deux à une fraternité intra-communautaire, considérant les chrétiens et chrétiennes entre eux comme frères et sœurs, considérant les musulmanes et musulmans entre eux comme frères et sœurs, la rencontre à Rabat a été l’occasion d’inviter à élargir le spectre de considération de cette fraternité. Plus d’un être humain sur deux (55 % exactement) se dit chrétien ou musulman !

Alors, bravo, parce qu’une fois encore, en montrant l’exemple, ces dignitaires religieux assument leurs responsabilités sur ce sujet, dans une période bien troublée sur d’autres.

Lire aussi :
#FêteLaDifférence, un concert pour célébrer les dix ans de Coexister
Déclaration du pape François et de l'imam Al-Azhar sur la fraternité humaine pour la paix dans le monde et la coexistence commune


Samuel Grzybowski
Samuel Grzybowski est entrepreneur social et militant associatif. Il est fondateur de Coexister... En savoir plus sur cet auteur