Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

La famille de Tariq Ramadan dénonce des conditions carcérales « inadmissibles » de l'islamologue

Rédigé par Benjamin Andria | Mercredi 11 Avril 2018



La famille de Tariq Ramadan dénonce des conditions carcérales « inadmissibles » de l'islamologue
La famille de Tariq Ramadan alerte l’opinion sur la dégradation de l’état de santé de l’islamologue. Dans un nouveau communiqué paru cette semaine, elle fait part de son incessante inquiétude des conséquences physiques et mentales de sa détention « qui peuvent s’avérer irréversibles ».

« Entré en prison debout, Tariq Ramadan a aujourd’hui perdu partiellement l’usage de ses membres inférieurs et de son bras droit. Il souffre de maux de tête insupportables », inquiète-t-elle, rapportant une visite d’Olivier Gagnebin consul suisse à Paris le 26 mars à l’hôpital carcéral de Fresnes où Tariq Ramadan a été transféré.

« Tel est le résultat de mesures excessives qui visent une personnalité qui a le droit à la présomption d’innocence. Le fait qu’il n’a pas accès à un traitement adapté entraînant de la souffrance est une forme de torture », estime la famille, qui déplore également des conditions carcérales « inadmissibles » (« aucune visite pendant 45 jours, aucun accès à son dossier et à son courrier, et dans un isolement total »).

Aucun autre passeport que suisse

Du côté de la famille, Tariq Ramadan, qui souffre depuis 2014 d’une sclérose en plaques et une neuropathie d’origine inconnue, « nie catégoriquement toutes les accusations portées contre lui et s’est présenté de lui-même pour prouver son innocence ». Il n’a « jamais eu l’intention de fuir ni d’exercer de quelconques menaces à l’encontre de ses accusatrices ».

Il ne ne possède par ailleurs « aucun autre passeport que le passeport suisse » et « refuser sa liberté provisoire sous prétexte de récidive suppose une prise en compte de sa culpabilité avant même un jugement équitable et contrevient au principe de la présomption d’innocence ».

Tariq Ramadan, mis en examen pour « viols », est incarcéré depuis le 2 février.

Lire aussi :
RAMF 2018 : l’affaire Tariq Ramadan plane sur Le Bourget, Amar Lasfar s’exprime
Affaire Tariq Ramadan : de la nécessité de faire preuve de prudence et de retenue
Affaire Tariq Ramadan : en appeler à la justice en portant haut le combat contre les violences sexuelles