Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

La Charte de la diversité sans effet contre les discriminations ethniques

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 24 Septembre 2014



La Charte de la diversité sans effet contre les discriminations ethniques
Dans le monde de l’entreprise, l’instauration de la Charte de la diversité n'a pas permis de lutter contre les discriminations ethniques, selon une étude du Conseil économique, social et environnemental (Cese) publiée mardi 23 septembre.

Intitulée « L'apport économique des politiques de diversité à la performance de l’entreprise : le cas des jeunes diplômés d’origine étrangère », cette étude dresse le bilan de la Charte de la diversité, dix ans après son lancement. Face aux discriminations « liées aux origines et particulièrement les discriminations rencontrées par les jeunes diplômés issus de l’immigration dans le cadre de la recherche de leur premier emploi », le but de cette charte instaurée en 2004 était « d’introduire des profils issus de la diversité à des postes à responsabilité », rappelle Sonia Hamoudi, rapporteure de l'étude dans une vidéo publiée sur le site du Cese.

Mais bien que cette charte ait été signée par plus de 3 000 entreprises ou établissements publics à ce jour, les discriminations liées à l’origine persistent toujours. « Force est de constater que l’objectif de la Charte (qui représente, pour 7 entreprises sur 10, leur seul engagement contre les discriminations), à savoir l’accès de l’entreprise aux jeunes diplômés d’origine étrangère à des postes de responsabilité, n’a pas été atteint », peut-on lire dans le rapport du Cese.

L'invisibilité persistante des minorités visibles

« On constate que les entreprises ne sont pas suffisamment aux couleurs de la France notamment dans les postes à responsabilité », commente Mme Hamoudi. Alors que la Charte de la diversité mettait au départ l’« accent sur la diversité des origines » elle a « progressivement intégré d’autres sujets » comme l’égalité hommes-femmes, les seniors, le handicap, « plus faciles à traiter » et « la diversité des origines a été reléguée au dernier plan », fait-elle remarquer.

Deux semaines avant la publication de cette étude, l’Institut Montaigne, déplorait déjà l’inefficacité de cette charte sur les discriminations concernant les origines ethniques alors qu'à l'inverse le think-tank notait que « les discriminations liées à l’âge, au genre et au handicap ont fait l’objet d’une véritable prise de conscience ». La politique visant à promouvoir l’égalité des chances pour les personnes de culture et de traditions variées ne peut être efficace sans lutter véritablement contre le racisme structurel en France.

Lire aussi :
Discriminations au travail : la collecte des statistiques ethniques réclamée
Entreprises : plus de discriminations liées à l'origine et à la religion
Emploi : les descendants d'immigrés toujours très discriminés
Femme maghrébine et de banlieue : trop pour les entreprises !
L’origine : facteur numéro un des discriminations
Diversité en entreprise : les banlieusards face au plafond de verre
Bilan de la Charte de la diversité : les jeunes de banlieues marginalisés
Bilan 2011 de la Charte de la diversité : le sexe et l’âge au cœur de l'action
Le label Diversité : un élément de la « marque employeur »?
Diversité : de la diversion mais peu de résultats
Discriminations : le marché du travail gangrené par l’islamophobie
Discriminations au travail : l’origine ethnique reste un critère