Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

L’internationale des « invisibles » (suite et fin) : la révolte des petits Blancs en Grande-Bretagne

Par Olivier Estèves*

Rédigé par Olivier Estèves | Lundi 25 Juin 2012



La Grande-Bretagne occupe une place particulière dans le cadre de cette analyse sur le ressentiment racial des « petits Blancs », étant donné la mise en place, dès 1965, de tout un arsenal législatif visant à combattre la discrimination raciale.

Largement inefficace malgré le vote de plusieurs lois (Race Relations Act de 1965, 19868, 1976, puis 2000), ces mesures ont véhiculé l’impression que les autorités publiques traitent les minorités avec davantage d’égard que la Grande-Bretagne blanche « qui se lève tôt ». Il faut bien sûr ajouter à ces lois le vote dès 1948 du British Nationality Act, lequel valide la citoyenneté britannique des ressortissants du Commonwealth (incluant Jamaïque, Pakistan, Inde, etc.), et permet donc aux immigrés de voter et (théoriquement) d’être élus.

« Prendre nos emplois », un non-sens historique

Il serait donc faux de croire que ce ressentiment a attendu le choc pétrolier pour s’immiscer dans les conversations de pubs et exercer une influence sur la vision dominante de ce qu’on appelle outre-Manche les race relations. Comme ailleurs, le white backlash fait intervenir des référents de classe sociale, où l’on reproche aux élites politiques leur cosmopolitisme bon teint ; comme ailleurs aussi, cette impression se trouve magnifiée par la simple ignorance vis-à-vis des pays des Commonwealth, de leur population et de leur histoire, à l’image de ce témoignage de jeune Teddy Boy interrogé peu après les émeutes de Notting Hill (1958), lorsque de jeunes Anglais s’en prirent à des immigrés caribéens aux cris de « Lynchez-les, lynchez-les ! » : « Tout ça, moi, je dis que c’est la faute à la reine. Elle voyage dans tous ces pays noirs et puis ils lui font leur danse de guerre et après ils pensent qu’ils peuvent venir ici pour nous prendre nos emplois. »

« Prendre nos emplois » n’a guère de sens historiquement puisque les immigrés du sous-continent indien et des Caraïbes sont venus occuper les emplois les plus précaires et les plus mal payés, dont les Blancs des classes ouvrières ne voulaient plus après 1945, le meilleur exemple étant ici par les lainages du West Yorkshire.

Mais certaines impressions sont têtues : en effet, l’arrivée massive des immigrés entre les années 1958 et 1962 coïncida avec la perte de vitesse inexorable de secteurs clés de l’industrie, en particulier du textile. Ainsi, Blackburn célébrée en 1900 pour ses « 200 cheminées », voyait le nombre de ses usines décliner à mesure que des contingents d’hommes du Pakistan débarquaient pour servir de perfusion à une industrie moribonde. Quelques décennies plus tard, on ferait de ces dernières usines des lofts, c’est-à-dire une fois que les emplois seraient partis, ironie du sort, notamment dans des pays que vers 1960 les immigrés avaient quittés : Pakistan, Inde, Bangladesh.

Un ressentiment anti-étrangers nourri de rumeurs et d'absurdités

Le white backlash en Grande-Bretagne a été activement alimenté par les conservateurs au niveau local, notamment en matière de logement.

Pnina Werbner, dans une analyse de 1979 portant sur Manchester, relève « l’intelligence immobilière » des immigrés du sous-continent, musulmans ou non, qui sont « parfaitement conscients de la façon dont fonctionne le marché ». Pour les ouvriers blancs qui devaient payer un loyer à un marchand de sommeil du Cachemire, dépendre ainsi de propriétaires allogènes dont certains sont de vrais marchands de sommeil sans pitié constituait pour eux le stigmate d’une relégation sociale humiliante, au moment même où tant de compatriotes jouissaient des fruits d’une prospérité dont on se plaisait à dire qu’elle était sans précédent.

Fait intéressant : le ressentiment des petits Blancs se nourrit de moultes rumeurs qui viennent valider leur impression d’être devenus des citoyens de seconde zone dans leur propre pays.

Dès la fin des années 1960 circule une rumeur assez folle dans des villes comme Manchester, Blackburn et Birmingham, un véritable mythe selon lequel une femme « du voisinage » a été réveillée une nuit par des bruits dans son grenier. Allant voir ce qui s’y passe, elle a découvert toute une famille de Pakistanais installée là, et qui avait littéralement colonisé tous les greniers de sa rue, enfonçant discrètement tous les murs des maisons mitoyennes.

Voilà qui résume une certaine appréciation anglaise des Pakistanais : ils sont sournois, avancent masqués, et pullulent telle une invasion de rats, dont l’effet le plus pernicieux est de faire baisser le prix de l’immobilier. Depuis on ne compte plus les articles dans la presse sur ces musulmans qui sont parvenus à « interdire Noël » (They’ve banned Christmas) dans certaines collectivités locales ou, plus récemment, sur le fait que les logements sociaux nouvellement construits sont munis de toilettes tournés vers La Mecque !

Le problème, comme le notait George Orwell dans un article sur l’antisémitisme, est que des personnes tout à fait saines d’esprit par ailleurs sont « capables de gober ces absurdités ». Il y a ici un défi considérable pour le chercheur en sciences sociales.

Le double discours de stigmatisation et d'empathie

Dernière construction médiatique : on tend dans le discours dominant en Grande-Bretagne à ériger (ou plutôt à reléguer) les petits Blancs en groupe ethnique à part entière.

C’est à la fois un discours ancien et nouveau : ancien car ,pendant la période victorienne, les classes ouvrières étaient régulièrement assimilées aux « sauvages » des colonies (voir les propos de Norbert Elias sur les « grands mal-lavés », The Great Unwashed) : ceux-ci étaient aussi sans religion (unchurched, comme les barbares africains), parlaient un anglais à peine compréhensible, et constituaient une vraie menace démographique grouillante, comme les Indiens par rapport aux colons britanniques, ridiculement minoritaires.

Aujourd’hui, néanmoins, la fonction de ce discours est avant tout d’alimenter le white backlash. En effet, en conférant une identité ethnique/raciale à un groupe dominé constitué de personnes n’ayant jamais imaginé pour elles une quelconque identité ethnique ou raciale (les Blancs, lorsqu’ils sont en majorité, n’ont pas de couleur), on entretient l’antagonisme entre deux grands groupes dominés au sein des classes ouvrières.

Rien ne symbolise mieux cette évolution que l’entrée en force du mot « chav » dans le vocabulaire anglais britannique, décrété « mot de l’année » en 2004 par l’éditeur du Oxford Dictionary, et qui décrit ces « cailleras » blanches sans travail qui donnent l’impression d’avoir été nées dans leurs survêtements.

On a donc affaire à un double discours : de stigmatisation certes, mais aussi d’empathie (les petits Blancs sont les grands oubliés d’un débat politique où l’on fait la part belle aux minorités ethniques). À tel point que le Runnymede Trust a publié en 2009 un rapport assez édifiant intitulé Who Cares about the White Working-Class ?, qui s’intéresse avant tout à la façon dont ce double discours a pour but principal de diviser pour mieux régner : « Si l’on veut vraiment comprendre les inégalités, alors il faut cesser de s’intéresser à l’identité des personnes qui se battent pour recueillir des miettes sur la table, et commencer plutôt à envisager tout ce que la table contient, et à penser à qui sont les personnes qui participent au banquet. »